Mémoriser, un jeu d’enfant, simple comme le Mind Map

Mémoriser, un jeu d’enfant, simple comme le Mind Map

Aujourd’hui, je vous propose de vous parler du Mind Map ou carte mentale. Je l’ai découvert lors d’une formation en créativité au centre Iris créativité de Paris.

Alors que j’envisageais de l’utiliser pour moi, je me suis vite rendu compte de l’intérêt de l’outil pour ma fille de 11 ans dans la mémorisation des leçons et la compréhension de ses cours.

Cette technique va vous aidez à comprendre, apprendre, mémoriser, créer et planifier.

Vous comprenez l’importance de ce fabuleux outil pour nous créatif…

Qu’est-ce que la carte mentale ?

Le Mind Map est un terme anglais, comme son nom l’indique. C’est une technique, un outil pour classer, organiser ses idées sous forme d’arborescence (un arbre, une toile d’araignée, une grappe d’idées…) On la nomme carte mentale ou schéma heuristique en français.

L’inventeur de ce concept est Tony Buzan, un psychologue anglais. Il est partie d’une idée toute bête, le cerveau fait des associations. Il fonctionne par arborescence dynamique, par image. Il a transposé le mode de fonctionnement cérébral en un outil. Le Mind Map est le reflet de ce qui se passe dans notre tête quand nous réfléchissons. À partir d’une image ou d’une idée centrale, il va se créer une explosion de mots, d’idées, d’images dans toutes les directions.

petite vidéo en anglais de Tony Buzan :

 

Un ouvrage à lire pour en savoir plus : Dessine-moi l’intelligence, Tony &Barry Buzan, 1993

Dans cet ouvrage Tony Buzan démontre l’importance des images dans le fonctionnement du cerveau : pas besoin d’en rendre compte par une belle image, la seule évocation par indices visuels permet d’accompagner une idée ou concept à mémoriser. C’est ainsi que des collages, des petits dessins peuvent compléter les mots dans l’arborescence.

 

 

 

Comment créer une carte mentale ?

 

1. Pour commencer : le centre

 

On commence au milieu de sa page blanche. On écrit ou dessine l’idée centrale à travailler, par exemple le cours d’histoire de votre enfant de CM2, Napoléon. Mettre l’image de Napoléon, son chapeau, sa posture (caricature), tout est question de mémorisation et de symbole.

On connecte des branches à partir de cette idée centrale sur lesquelles ont dessinera ou écrira des idées associées. On peut partir avec un mot ou une image.

 

2. Les branches

Les différentes branches sont le reflet de votre mode de raisonnement. Le Mind Map est avant tout un outil personnel. Elles permettent des associations, des connexions et donc de la réflexion. Dans l’exemple de Napoléon, les liens ou les branches peuvent reprendre ses grandes batailles, ses conquêtes… Et on ajoute autant de branches que nécessaires pour comprendre l’étendue des notions évoquées dans le cours. Ces branches se décomposent sur un ou plusieurs niveau selon la succession des idées. Ceci permet d’affiner une idée.

 

3. Les mots

Tony Buzan recommande de n’écrire qu’un mot par branche, pour que cela procure plus de créativité et de clarté. Les messages sont simplifiés au maximum.

 

4. Adéquation mot et branche

Pour Tony Buzan la longueur de la branche est proportionnelle à celle du mot. Cela permet de rapprocher des mots de différents niveaux et donc d’être plus facilement connecté et visible pour le cerveau et crée un lien fond et forme.

 

5. Les couleurs

 

 

Le cerveau aime les couleurs, profitons-en !

Cela permet une meilleure mémorisation! Il est donc conseillé d’associer image/couleur, mot/couleur, branche/couleur.

 

 

 

 

Pourquoi le Mind map est un outil intéressant pour les apprentissages ?

Pour Comprendre

 

Faire une carte mentale demande une clarification, une organisation des idées. C’est un très bon moyen de mettre en place un dispositif mental pour comprendre une idée, une leçon, une technique, un concept… Cet outil rassemble une série d’action : le trie, la sélection, l’organisation, la structuration et la mise en lien du contenu.

 

Cette phase se fait dès la prise de notes de cours. Si cet outil concerne moins les enfants du primaire, il sera très utile aux collégiens, aux lycéens et aux étudiants du supérieur.

 

 

 

 

Pour Mémoriser

Dans un second temps, la carte mentale est un bon moyen pour réactiver les connaissances. Une fois à la maison pour la recomposition des donnés de la leçon, votre enfant même en primaire peut tout à fait rendre compte de sa leçon sous cette forme. Tout d’abord en la retraduisant ainsi et en suivant du doigt les branches de l’idée jusqu’au dernier niveau.

Cette carte met en images des mots et des concepts complexes en s’appuyant sur des mots clés, en racontant des histoires. Cela fait appelle à son imaginaire, à la kinesthésique, au mouvement.

Relire l‘article sur les intelligences multiples de Gardener.

http://creazine.fr/quel-est-votre-eventail-daptitudes/

Evidement cela fait appel à la mémoire visuelle par la « photographie » des éléments de la carte avec ses couleurs et ses images.

Tout ceci corrobore à mettre en place une mémoire à long terme. Non négligeable !!!

 

Pour Créer

 

Dans des groupes de travail, c’est un outil fabuleux pour l’émergence d’idée et la clarification des concepts. Pour le rebond d’idée et la visualisation par image, l’esprit se libère, un jeu se met en place et la créativité se libère plus facilement.

 

 

 

Pour planifier

 

Pour vous, mamans sur occupées, c’est un outil formidable de mémorisation et de visualisation mentale. Les thèmes peuvent varier : activité des enfants, cuisine, cours… je vous laisse trouver les champs d’applications possibles, ils sont nombreux.

Tout ceci pour vous dire que cet outil nous permet à tous petits comme grands d’utiliser de nouvelles dynamiques et de trouver un réel apaisement dans l’apprentissage des leçons le soir ! Nous ne sommes plus dans un apprentissage par coeur, mais dans une vraie recherche de compréhension et d’organisation d’idée.

 

C’est un plaisir pour votre enfant et pour vous aussi.

Les tensions sont moins présentes en soirée à la maison. Maintenant, cette technique ne convient pas à tous les enfants mais pour certains créatifs, visuel et kinesthésique peut sauver !

 

 

Belle expérimentation progressive de cet outil !  Racontez-nous vos expériences en laissant un commentaire juste dessous.

Bonne rentrée à tous et faites en sorte que les devoirs du soir soient aussi un moment de plaisir créatif.

Les enseignants d’aujourd’hui et de demain sont des experts de la créativité, incroyable constat de l’OCDE

Les enseignants d’aujourd’hui et de demain sont des experts de la créativité, incroyable constat de l’OCDE

Voici un article tiré de The conversation.

Dans les 30 prochaines années, selon l’UNESCO, il y aura plus de personnes diplômées dans le monde que dans toute l’histoire.

Soudainement, un diplôme est nécessaire pour tout, mais les diplômes valent aussi beaucoup moins. C’est le processus dit d’inflation académique.

Face à d’autres individus qui possèdent eux aussi des diplômes, face à d’autres pays qui donnent eux aussi accès aux études supérieures à une majorité d’étudiants, ce qui fera la différence à l’avenir sera la capacité à penser autrement, à sortir du cadre, à être créatifs.

Dès lors, les compétences précieuses de demain ne seront peut-être pas les mêmes que celles d’hier, celles qui nous ont fait, nous, réussir à l’école.

Que sera un « bon élève » dans le monde de demain ? Hier, c’était un élève qui savait restituer de manière conforme et rapide le propre savoir de l’enseignant. Demain, il devra probablement également savoir où trouver la connaissance, comment la synthétiser et l’utiliser, être capable de produire une réflexion propre, fraîche et créative de lui-même.

« Le monde moderne se moque bien de ce que vous savez. Il s’intéresse à ce que vous savez en faire. Il a besoin de gens créatifs, capables de croiser les sujets quand l’école française fait encore trop réciter des leçons. En France plus qu’ailleurs, on n’enseigne pas suffisamment ce qui sera pertinent pour réussir sa vie ! », a récemment déclaré Andreas Schleicher, directeur de l’éducation de l’OCDE, responsable des études PISA.

 

 

 

Quel défi en effet ! Mais vivre en 2017 est un défi !

Dans cette période d’incertitude où chaque parent veut le meilleur pour ces enfants, nous devons tous nous poser les bonnes questions !

 

 

 

Qu’est le plus important pour mon enfant ?

  • Gagner beaucoup d’argent et ne pas avoir de temps pour prendre soin de soi et des autres.
  • Courir aux quatre coins du monde après des chimères et ne jamais poser ces valises et ne jamais se trouver soi !
  • Vivre en conscience du potentiel qu’on a tous au fond de soi et être aider à croitre en vérité dans ce monde afin d‘être un acteur du changement.
  • Créer son avenir en se donnant les outils pour se connaître et évoluer sereinement.

Les savoirs sont importants mais le savoir être, l’appropriation du savoir et le questionnement de ce savoir sont vitaux pour être libre et créatif !

 

 

 

Quel métier exaltant que l’enseignement dans ce cadre là !

J’ai enseigné durant plusieurs années au lycée et au collège. Ma perception des élèves et de leurs capacité ou potentiel s’était rarement la même que mes collègues de disciplines dites plus « sérieuses ». Et oui, les arts plastiques, le parent pauvre du système éducatif français ! Et pourtant, le niveau d’exigence, l’engagement déployé par une classe quand les élèves savent pourquoi ils sont là, change une discipline.

Le cadre, l’espace, la nature du savoir peuvent participer à la qualité des informations à faire passer, aux expériences à faire vivre ! Le niveau d’attente peut être largement élevé. Je vous confie un exemple :

En classe de 6 ème : un travail d’exposé sur des artistes contemporains : qui visait à comprendre et interroger la démarche d’un artiste. Un jeu simple de tirage au sors, un artiste et une date de passage dans l’année. Chaque élève doit préparer un exposé de 15 minutes, matériel libre. Résultat : sur une classe de 28 élèves, tous se sont engagés, une belle stimulation de classe s’est mise en place pour se surprendre, imaginer, comprendre, jouer avec les œuvres, emmener les autres dans un univers qui devenait le leur au delà de celui de l’artiste, Tapies, Andy Warhol… des mises en scène de couleurs, des reproductions tactiles…

Bilan pédagogique : une valorisation du regard sur certain élève dit faible… un engagement et une volonté de bien faire dédoublées !

Quel enthousiasme, une joie pour moi, un étonnement pour mes collègues. « tu mets la barre trop haute, ils ne vont pas réussir… » Et bien ces 28 élèves les ont fait mentir, l’exposition de fin d’année fut étonnante.

Les moins bons élèves en français ou math devenaient de bon élément avec moi, et capable de verbaliser, d’ordonner et de structurer un oral ! Leur créativité et leur curiosité venaient de les faire vibrer au point qu’ils les avaient à se surpasser !

 

A chaque enseignant et parents qui lise ce post, je vous confie cette expérience pour que vous puissiez en faire vivre vous même à vos élèves et vos enfants.

 

Prochainement Créazine, le Mag vous accompagnera dans cette aventure créative. Nous vous préparons de belles interventions de spécialistes en pédagogie créative.

 

Si vous avez aimez cet article n’hésitez plus partagez le et parlez de nous à vos amis! Créons ensemble une belle communauté créative.

Lancer un projet créatif : les 5 questions à se poser

Lancer un projet créatif : les 5 questions à se poser

Lorsqu’on commence à travailler en mode projet avec une équipe, l’enthousiasme du départ laisse bien souvent place à des difficultés dans la gestion des étapes d’exécution. Pour bien vivre un projet créatif en classe, il faut savoir perdre du temps au début de la démarche, car c’est un cheminement à part entière dans lequel il faut faire rentrer l’équipe d’enseignants mais aussi les enfants.

Il est très important de ménager des temps de réflexion dans l’action pour avoir de meilleures chances de réussite et d’épanouissement pour tous.

Voici une liste des questions à vous poser avant de lancer votre projet. Chaque projet est différent et comporte son lot de spécificités mais les questions restent identiques pour n’importe quel type de projet.

 

Quels sont les objectifs du projet ?

Avoir une parfaite compréhension des objectifs d’un projet est un principe fondamental car les résultats que votre projet va produire en découlent directement. C’est pourquoi vous devez les identifier le plus tôt possible afin d’effectuer la planification, allouer les ressources et prévoir le temps nécessaire pour chacun d’eux. Plus vous définissez clairement les objectifs de votre projet, plus vous serez susceptible de les atteindre.

 

Quelles sont les grandes étapes du projet ?

L’une des conditions du succès est l’organisation. Votre projet doit se dérouler autour d’étapes clairement identifiées et identifiables par toutes les personnes impliquées.

En découpant votre projet en plusieurs étapes, vous pourrez :

  • Estimer plus facilement leur durée
  • Répartir les enfants selon leurs compétences dans chaque étape
  • Lister toutes les tâches qui incombent à chacun

Au final, vous diminuerez le risque d’oublier des éléments importants.

Selon le projet, les étapes peuvent être organisées de différentes manières : chronologiquement, par thème, par priorité. Un projet comporte rarement plus de dix étapes. Si c’est le cas, vous avez peut-être confondu une étape avec les tâches la composant.

 

Quels sont les jalons du projet ?

On peut définir un jalon comme une date importante du déroulement d’un projet, souvent liée à un objet réalisé ou un événement du projet. Les jalons sont instantanés et ne consomment ni temps ni ressources. Il est important de les indiquer pour afficher clairement la progression du projet aux enfants.

De cette manière, si les phases de votre projet sont interdépendantes (l’une ne peut pas être commencée sans que l’autre ne soit terminée), vous pouvez déclencher une phase sitôt le jalon marquant la fin de la phase précédente atteint. Par exemple, si votre projet concerne le développement d’une maquette de ville, le lancement de la fabrication du socle peut être considéré comme un jalon. La compréhension de la topographie, la lecture des cartes, la visite de lieux remarquables en sont les étapes.

 

Qui sont les personnes impliquées dans le projet ?

Lancer un projet repose notamment sur votre capacité à obtenir l’aide de personnes extérieures qualifiées pour y participer. Voici comment vous pouvez procéder :

  1. Définir les grandes phases de votre projet.
  2. Associer à chaque phase les connaissances nécessaires à son exécution.
  3. Faire appel aux personnes (autres enseignants, structure externe, parents…) qui disposent de ces connaissances.

Veillez bien à ce qu’elles soient disponibles pour participer au projet. Ces deux informations sont essentielles pour atteindre les objectifs de votre projet dans le délai estimé.

 

Quelle est la durée du projet ?

La durée du projet est l’intervalle de temps écoulé entre sa date de début et la date de fin souhaitée ou prévue. Cette durée se calcule souvent comme la somme des durées des phases interdépendantes le composant. Pour un projet impliquant plusieurs personnes, il faut pouvoir identifier précisément la durée des tâches de chacun.

N’hésitez pas à organiser des sessions de synthèse pour vérifier que l’estimation des délais est bien partagée par tous.

 

Et pour finir, matérialisez votre projet

Une fois que vous avez les réponses à toutes ces questions, écrivez-les avec un vocabulaire compréhensible par toutes les personnes impliquées.

Et vous, quelles sont les questions que vous vous posez avant de lancer un projet ?

Pour le suivi de nos fiches pédagogiques créatives vous retrouverez ces questionnements, ces jalons et temps forts du projet. Nous vous accompagnerons pas à pas dans la méthodologie de votre projet.

 

 

Vous avez apprécié cet article, laissez-moi un commentaire et surtout partagez-le !

QUEL EST VOTRE ÉVENTAIL D’APTITUDES ?

QUEL EST VOTRE ÉVENTAIL D’APTITUDES ?

Selon le psychologue Howard Gardner, les individus disposent d’un répertoire de compétences pour résoudre différents types de problèmes. Ses travaux font état de plusieurs formes d’intelligence humaine (IM), alors qu’à ce jour, la plupart des psychologues croyaient qu’il existait un seul type d’intelligence générale, mesurée à l’aide du quotient intellectuel (QI).

Gardner et ses collègues ont répertorié huit formes d’intelligence différentes, dont généralement trois ou quatre plus développées que les autres chez une personne.

  • L’intelligence  VERBALE/LINGUISTIQUE
  • L’intelligence LOGIQUE/MATHÉMATIQUE
  • L’intelligence VISUELLE/SPATIALE
  • L’intelligence INTERPERSONNELLE
  • L’intelligence INTRAPERSONNELLE
  • L’intelligence CORPORELLE/KINESTHÉSIQUE
  • L’intelligence MUSICALE
  • L’intelligence NATURALISTE

Ceci permet de mieux comprendre ses points forts et de les mettre en lien avec des possibilités de carrière.

Attention, toutefois, les activités professionnelles des professions requièrent habituellement des aptitudes dans plus d’une forme d’intelligence.

Par exemple, un architecte doit disposer, à des degrés divers, de compétences d’ordre spatial, logico-mathématique, kinesthésique et interpersonnel ; un danseur aura surtout des capacités kinesthésiques, musicales, interpersonnelles et spatiales; un politicien utilisera ses compétences interpersonnelles, langagières et peut-être logiques; un médecin généraliste possèdera une bonne intelligence logico-mathématique et de fortes compétences interpersonnelles, alors qu’un chirurgien aura aussi besoin de dextérité kinesthésique; un metteur en scène d’opéra devra faire preuve d’intelligence spatiale, personnelle et langagière autant que musicale.

En définitive, un même domaine peut solliciter plusieurs intelligences et une intelligence donnée peut se développer dans plusieurs domaines.

Le rôle de chacun est de faire surgir en nous une bonne connaissance de notre mode d’apprentissage, de découverte du monde, la bonne question à se poser est :

Comment je rentre en relation avec mon environnement ?

 

 

Si vous désirez obtenir des références supplémentaires sur les intelligences multiples, nous vous invitons à lire les ouvrages principaux d’Howard Gardner et consulter les sites Internet suivants :

 

 

Les intelligences multiples – Pour changer l’école : la prise en compte des différentes formes d’intelligence, Édition Ritz, 1996, 236 pages. Traduction de la version originale anglaise (1993).
Multiple Intelligence. The Theory in Practice.
Frames of Mind : The theory of Multiple Intelligence.

 

 

Si vous avez aimez cet article n’hésitez pas, partagez le avec vos amis. Abonnez vous à notre blog et suivez nos interviews inspirantes sur notre chaine youtube : https://www.youtube.com/channel/UC7235KUMiHPYgMvZxvppvog

 

QUELLES SONT VOS INTELLIGENCES MULTIPLES ?

QUELLES SONT VOS INTELLIGENCES MULTIPLES ?

image de l'article

test Intelligences multiples

Ce questionnaire a pour objet de vous aider à cerner les formes d’intelligence qui sont particulièrement développées chez vous, vos enfants, selon la théorie du psychologue américain Howard Gardner.

Pour chacun des énoncés, attribuez un nombre de ponts selon l’échelle suivante :

  1. Pas du tout comme moi
  2. Un peu comme moi
  3. Moyennement comme moi
  4. Beaucoup comme moi
  5. Tout à fait comme moi

Puis, faites le total de vos points pour chaque catégorie. Vous trouverez ainsi vos quatre formes d’intelligence principales.

 

INTELLIGENCE VERBALE/LINGUISTIQUE

1- J’aime les jeux de mots et autres blagues du genre.

2- Je me sens à l’aise dans le monde de la langue et des mots et j’en tire un renforcement positif.

3- J’aime faire des mots croisés et jouer à des jeux comme le Scrabble.

4- Je me rappelle mot pour mot ce que les gens me disent.

5- J’aime participer à des débats ou à des discussions.

6- Je préfère les questions à développer que les questions à choix multiples.

7- J’aime tenir un journal ou écrire des histoires ou des articles.

8- J’aime beaucoup lire.

Mon intelligence verbale/linguistique – Total

 

INTELLIGENCE LOGIQUE/MATHÉMATIQUE

1- Je travaille mieux quand mon plan de travail est bien organisé.

2- J’aime les mathématiques et les sciences.

3- Je garde une liste des choses à faire.

4- J’aime jouer à des jeux de réflexion ou qui font appel à la pensée logique.

5- J’aime savoir le pourquoi des choses et chercher des éclaircissements aux questions qui m’intéressent.

6- Je travaille mieux avec un agenda ou un calendrier.

7- Je saisis rapidement les relations de cause à effet.

8- Mes estimations sont souvent bonnes.

Mon intelligence logique/mathématique – Total

 

INTELLIGENCE VISUELLE/SPATIALE

1- Je comprends les combinaisons de couleurs et vois quelles couleurs vont bien ensemble.

2- J’aime faire des puzzles, des labyrinthes ou des jeux de patience.

3- Je n’ai pas de mal à lire les cartes.

4- J’ai un bon sens de l’orientation

5- Dans les films, je m’intéresse particulièrement aux scènes et aux activités.

6- Quand je dors, mes rêves me paraissent très réels.

7- Je peux prévoir les mouvements et les conséquences dans un plan de jeu (par exemple au tennis, aux échecs).

8- J’ai une mémoire surtout visuelle.

Mon intelligence visuelle/spatiale – Total

 

INTELLIGENCE INTERPERSONNELLE

1- Je travaille mieux quand j’interagis avec les autres.

2- Je préfère les sports d’équipe aux sports individuels.

3- La présence des autres me donne de l’énergie.

4- Je préfère faire des choses en groupe plutôt qu’être seul.

5- J’aime apprendre à connaître les autres cultures.

6- J’ai l’habitude de parler de mes problèmes personnels avec mes amis.

7- J’aime partager mes idées et mes sentiments avec d’autres.

8- Je travaille mieux au sein d’un groupe où je peux discuter avec les autres de diverses questions.

Mon intelligence interpersonnelle – Total

 

INTELLIGENCE INTRAPERSONNELLE

1- J’aime ma solitude et avoir un monde à moi.

2- J’ai quelques amis proches.

3- J’ai des opinions bien arrêtées sur des questions controversées.

4- Je travaille mieux quand je peux le faire à mon rythme.

5- Je ne me laisse pas influencer facilement par les autres.

6- Je comprends bien ce que je ressens et comment je réagis aux circonstances.

7- Je soulève souvent des questions sur les valeurs et les croyances.

8- Je me sais responsable de mon comportement.

Mon intelligence intrapersonnelle – Total

 

INTELLIGENCE CORPORELLE/KINESTHÉSIQUE

1- J’aime bouger, taper du pied ou me remuer quand je suis assis.

2- J’aime les sports aux sensations extrêmes (comme le kayak de mer, la planche à neige, le vélo de montagne).

3- Je suis curieux sur le plan des sensations et j’aime toucher les objets pour en sentir la texture.

4- J’ai une bonne coordination.

5- J’aime le travail manuel.

6- Je préfère participer physiquement plutôt que de rester assis et de regarder.

7- Je comprends mieux les choses si je les fais (les touche, les bouge ou interagis avec elles).

8- J’aime créer, faire des choses avec mes mains.

Mon intelligence corporelle/kinesthésique – Total

 

INTELLIGENCE MUSICALE

1- Je joue de la musique dans ma tête.

2- Pour me rappeler des choses, je compose des comptines.

3- Il m’est facile de suivre le rythme d’une musique.

4- J’aime mettre une musique à des chansons ou des poèmes.

5- Quand une musique joue, je bats la cadence.

6- Je perçois les fausses notes.

7- Je trouve facile de m’engager dans des activités musicales.

8- Je suis fier de mes réalisations musicales.

Mon intelligence musicale – Total

 

INTELLIGENCE NATURALISTE

1- J’ai une collection de coquillages, de tasses, de pierres, de cartes de hockey, etc.

2- Je remarque les similitudes et les différences dans les arbres, les fleurs et autres objets de la nature.

3- Je contribue activement à la protection de l’environnement.

4- J’aime faire des fouilles et découvrir des objets et d’autres choses inhabituelles.

5- Je préfère être à l’extérieur qu’à l’intérieur.

6- J’aime faire des plantations et prendre soin d’un jardin.

7- J’aime pêcher et suivre des animaux à la trace.

8- La meilleure façon d’apprendre pour moi est d’aller en excursion, de voir des expositions sur la nature, etc.

Mon intelligence naturaliste – Total

 

Mes quatre formes d’intelligence les plus importantes sont les suivantes :

1-

2-

3-

4-

La traduction et la reproduction de ce questionnaire ont été autorisées par Phyllis Reardon et Isabell Dyke de CTMI (Careers Through Multiple Intelligences) Inc.

M. Piquemal Propriétaire

Tous les utilisateurs disposant du lien

Consultation autorisée / Autorisation de téléchargement / Les lecteurs peuvent télécharger / Affichage de test Intelligences_multiples.pdf

 

 

Si vous avez aimez cet article n’hésitez pas, partagez le avec vos amis. Abonnez vous à notre blog et suivez nos interviews inspirantes sur notre chaine youtube : https://www.youtube.com/channel/UC7235KUMiHPYgMvZxvppvog

Une nouvelle voie pédagogique est possible !

Une nouvelle voie pédagogique est possible !

J’avais envie de parler aujourd’hui d’une pédagogie qui est peu connue en France. Elle gagne à être encore plus démocratisée. Il s’agit de la pédagogie italienne Reggio.

Je ne prétends pas être une spécialiste et je vous parlerai de ce que j’en ai compris.

Je vous parlerai aussi de la qualité de l’espace accueillant ces enfants et des adultes encadrant ces activités.

À la découverte de la pédagogie Reggio : une approche globale de l’enfant pour cultiver la créativité et la pensée divergente.

Cette pédagogie Reggio est une philosophie et une pratique de l’éducation, à l’origine pour les jeunes enfants, développées au cours des années 1960 par Loris Malaguzzi dans sa ville de Reggio Emilia.

On peut résumer cette approche, radicale, par quelques principes :

  • les enfants ont une motivation et une capacité extraordinaires d’apprentissage de toutes choses ; il suffit de ne pas les en empêcher et de leur en donner les moyens ;
  • ce sont les enfants et autres apprenants qui apprennent ; ce ne sont pas les enseignants qui inculquent, la pensée, l’expressivité ou encore moins la créativité ;
  • les enfants et adultes coopèrent pour le bien de chacun et de tous, et de la communauté ; alors que d’ordinaire se sont les adultes qui décident, imposent et contrôlent à peu près tout : objectifs, cursus, contenus, méthodes, moyens, organisation, temps et lieux…

Dans le poème qui suit, Loris Malaguzzi souligne  l’importance de la multiplicité des langages des enfants :

L’enfant est fait de cent.
L’enfant a cent langages
cent mains et cent pensées
cent façons de penser
de jouer, de parler,
cent toujours cent
cent façons d’écouter
d’étonner et d’aimer
cent joies pour
chanter et comprendre
cent mondes à découvrir
cent mondes à inventer
cent mondes à rêver.

L’enfant a cent langages
(et puis cent cent cent cent)
mais on lui en vole 99.

École et culture
séparent tête et corps.
On lui dit de :
penser sans les mains
faire sans la tête
écouter sans parler
comprendre sans joie
aimer et s’étonner
à Pâques et Noël uniquement.
On lui dit de :
découvrir le monde
qui existe déjà
et sur cent
on lui en vole 99.
On lui dit que :
le jeu et le travail
la réalité et la fantaisie
la science et l’imagination
le ciel et la terre
la raison et le rêve
sont des choses qui
ne vont pas ensemble.

En somme, lui dit-on,
le cent n’existe pas.
L’enfant dit cependant :
le cent est bel et bien.

Je trouve cela très beau, aborder l’enfant par le multiple, le rêve et l’expérimentation. Admettre avec l’enfant que la réalité et la fantaisie ne sont pas incompatibles, comme le prétendent beaucoup d’adultes.

Mais alors comment fonctionne une telle pédagogie ?

Cette pédagogie est une expérimentation plutôt qu’une pédagogie figée. Comme point de départ, Malaguzzi s’est posé une question difficile : quelle image ai-je de l’enfant ?

Lui-même définit l’enfant comme plein de richesses et de ressources dès la naissance. Les enfants sont tous doués, créatifs, inventifs et possèdent tous un potentiel extraordinaire qui ne cessera jamais d’étonner les adultes. C’est donc une vision profondément optimiste qui guide la pédagogie Reggio.

 

La pédagogie Reggio s’appuie sur ces grands principes :

écoute et relations humaines

Un temps de l’échange et de la proposition créative est donné à des moments précis de la journée, l’accueil, la fin de journée et à des moments clés en cours d’expérimentation. L’adulte est là pour recevoir ces échanges, il ne les provoque pas. Les adultes se retrouvent chaque fin de journée pour partager leurs regards sur les expériences des enfants, préparer le lendemain et accompagner les actions futures. Les parents sont accueillis lors de ce temps de discussion entre adultes.

 

environnement

La richesse et la diversité de l’environnement passent par l’introduction de nombreux matériels, de diverses techniques et de la pensée simultanée des mains et du cerveau. L’environnement est un enseignant à part entière. L’espace est construit comme un atrium central d’où convergent des espaces d’expérimentation, lumière et ombre, miroir, socle, gradins… tout un panel d’outils spatiaux sont mis à profit de l’expérimentation.

 

transgression

Douter des vérités les plus rigides qui freinent la possibilité de penser différemment et cultiver l’imagination sont deux idées maîtresses qui fondent l’expérimentation.

 

esthétisme

La pédagogie de Malaguzzi est aussi esthétique en raison de sa capacité de révélation, de son aptitude à montrer l’essentiel sous des angles nouveaux, en rapprochant des éléments apparemment éloignés.

 

100 langages

Les racines de la connaissance sont multiples, le processus d’apprentissage n’est pas linéaire, la réalité présente de nombreux avantages, et les choses “dansent ensemble”. Tous les langages possèdent leur propre capacité expressive. Il n’y a pas de hiérarchie dans les langages (écriture, peinture, théâtre, photographie, parole, marionnette…)

 

complexité

Les connexions ne sont pas nécessairement données, l’individu doit les fabriquer ou les vivre et, ce faisant, apprendre. La création de connexions est le souci principal. Les images, les langages du son, de l’odeur, de la lumière et du toucher renforcent la perception des connexions entre toutes choses.

 

espérance et foi en l’avenir

L’avenir est plein de possibilités. Quelque chose d’inattendu, de surprenant, de provocant, va découler des connexions que l’on crée.

 

processus

Au lieu de considérer uniquement le résultat final d’une œuvre, la pédagogie Reggio s’intéresse également aux processus créatifs. Les deux s’entrelacent et participent à l’invention créative. C’est pour cela que le temps de partage lié à l’observation des enfants en cours d’expérimentation est important.

 

Avec la pédagogie Reggio, on peut laisser libre cours aux expérimentations des enfants, leur proposer des invitations ou les accompagner en fonction de leurs demandes.

Cette notion d’invitation est centrale et exaltante : on invite l’enfant à créer en mettant à sa disposition des objets, du matériel pour provoquer des pensées, des questions, des discussions, des intérêts ou encore des idées, inviter les enfants à explorer le matériel et à s’exprimer. Les provocations peuvent être présentées de manière très simple (juste une photo ou un objet posé sur une table) ou plus élaborée (par exemple, une table sur laquelle sont posés des matériaux recyclés à côté d’un livre sur les robots et un schéma pour fabriquer un robot à partir de matériel recyclé).

Nous reprenons ce principe de base dans nos ateliers : une œuvre de référence, un plan de ville, une ballade urbaine, les supports varient pour permettre l’expérience et la rencontre. L’important est que les provocations soient présentées de manière attractive, en insistant sur la beauté de la chose. Elles doivent demeurer ouvertes et sujettes à exploration, à une utilisation libre : si l’enfant ne suit pas l’objectif qu’on avait prévu en mettant en place la provocation, ce n’est pas grave. Il aura quand même fait un apprentissage, une création, une découverte… pas celle qu’on avait prévu mais celle qui l’intéressait lui. Dans la pédagogie de Reggio, l’éducateur est l’accompagnateur de l’enfant. Il crée une atmosphère de bien-être, de confiance et de dialogue, il écoute l’enfant, l’observe et le soutient dans ses découvertes par son propre intérêt et son accompagnement actif. Il met au service de l’enfant les ressources nécessaires à ses activités, communique et relate en équipe les progrès expérimentaux accomplis par l’enfant, et conseille les parents. Dans chaque classe un artiste est présent pour accompagner l’enfant dans sa créativité. Des musiciens également accueillent et rythment la journée.

A Reggio, l’espace est le troisième éducateur ce qui peut se comprendre de différentes façons.

Les espaces communiquent entre l’extérieur et l’intérieur : relation avec l’environnement.Certains espaces offrent à l’enfant sécurité (salles offrant la possibilité de se ressourcer), d’autres lui proposent des activités (ateliers, salles de rencontres). Les salles réservées à la création et aux découvertes sont ouvertes et enfants et éducateurs peuvent les compléter ou les aménager selon leurs besoins. On y trouve typiquement des miroirs de différentes formes, des coins déguisements, théâtre d’ombres, des boîtes aux lettres, des projecteurs et des lampes.

L’importance de la lumière, naturelle et artificielle est primordiale et met en scène les espaces.

Une rotonde et un amphithéâtre sont placés au centre de l’espace, lieu de regroupement et d’échange, entre enfants mais aussi entre enfants et parents et entre parents et éducateurs.

Tout ceci interpelle l’enfant et l’incite à définir son identité corporelle, à accepter d’essayer d’avoir un autre rôle, de communiquer avec les autres.

Lien vers la vidéo la scuela Diana : http://www.reggiochildren.it/

Nous vous proposerons des activités Reggio prochainement… alors dites nous si vous êtes intéressés, en nous laissant un commentaire.

Si vous avez aimez cet article n’hésitez pas, partagez le avec vos amis. Abonnez vous à notre blog et suivez nos interviews inspirantes sur notre chaine YouTube .