Les enseignants d’aujourd’hui et de demain sont des experts de la créativité, incroyable constat de l’OCDE

Voici un article tiré de The conversation.

Dans les 30 prochaines années, selon l’UNESCO, il y aura plus de personnes diplômées dans le monde que dans toute l’histoire.

Soudainement, un diplôme est nécessaire pour tout, mais les diplômes valent aussi beaucoup moins. C’est le processus dit d’inflation académique.

Face à d’autres individus qui possèdent eux aussi des diplômes, face à d’autres pays qui donnent eux aussi accès aux études supérieures à une majorité d’étudiants, ce qui fera la différence à l’avenir sera la capacité à penser autrement, à sortir du cadre, à être créatifs.

Dès lors, les compétences précieuses de demain ne seront peut-être pas les mêmes que celles d’hier, celles qui nous ont fait, nous, réussir à l’école.

Que sera un « bon élève » dans le monde de demain ? Hier, c’était un élève qui savait restituer de manière conforme et rapide le propre savoir de l’enseignant. Demain, il devra probablement également savoir où trouver la connaissance, comment la synthétiser et l’utiliser, être capable de produire une réflexion propre, fraîche et créative de lui-même.

« Le monde moderne se moque bien de ce que vous savez. Il s’intéresse à ce que vous savez en faire. Il a besoin de gens créatifs, capables de croiser les sujets quand l’école française fait encore trop réciter des leçons. En France plus qu’ailleurs, on n’enseigne pas suffisamment ce qui sera pertinent pour réussir sa vie ! », a récemment déclaré Andreas Schleicher, directeur de l’éducation de l’OCDE, responsable des études PISA.

 

 

 

Quel défi en effet ! Mais vivre en 2017 est un défi !

Dans cette période d’incertitude où chaque parent veut le meilleur pour ces enfants, nous devons tous nous poser les bonnes questions !

 

 

 

Qu’est le plus important pour mon enfant ?

  • Gagner beaucoup d’argent et ne pas avoir de temps pour prendre soin de soi et des autres.
  • Courir aux quatre coins du monde après des chimères et ne jamais poser ces valises et ne jamais se trouver soi !
  • Vivre en conscience du potentiel qu’on a tous au fond de soi et être aider à croitre en vérité dans ce monde afin d‘être un acteur du changement.
  • Créer son avenir en se donnant les outils pour se connaître et évoluer sereinement.

Les savoirs sont importants mais le savoir être, l’appropriation du savoir et le questionnement de ce savoir sont vitaux pour être libre et créatif !

 

 

 

Quel métier exaltant que l’enseignement dans ce cadre là !

J’ai enseigné durant plusieurs années au lycée et au collège. Ma perception des élèves et de leurs capacité ou potentiel s’était rarement la même que mes collègues de disciplines dites plus « sérieuses ». Et oui, les arts plastiques, le parent pauvre du système éducatif français ! Et pourtant, le niveau d’exigence, l’engagement déployé par une classe quand les élèves savent pourquoi ils sont là, change une discipline.

Le cadre, l’espace, la nature du savoir peuvent participer à la qualité des informations à faire passer, aux expériences à faire vivre ! Le niveau d’attente peut être largement élevé. Je vous confie un exemple :

En classe de 6 ème : un travail d’exposé sur des artistes contemporains : qui visait à comprendre et interroger la démarche d’un artiste. Un jeu simple de tirage au sors, un artiste et une date de passage dans l’année. Chaque élève doit préparer un exposé de 15 minutes, matériel libre. Résultat : sur une classe de 28 élèves, tous se sont engagés, une belle stimulation de classe s’est mise en place pour se surprendre, imaginer, comprendre, jouer avec les œuvres, emmener les autres dans un univers qui devenait le leur au delà de celui de l’artiste, Tapies, Andy Warhol… des mises en scène de couleurs, des reproductions tactiles…

Bilan pédagogique : une valorisation du regard sur certain élève dit faible… un engagement et une volonté de bien faire dédoublées !

Quel enthousiasme, une joie pour moi, un étonnement pour mes collègues. « tu mets la barre trop haute, ils ne vont pas réussir… » Et bien ces 28 élèves les ont fait mentir, l’exposition de fin d’année fut étonnante.

Les moins bons élèves en français ou math devenaient de bon élément avec moi, et capable de verbaliser, d’ordonner et de structurer un oral ! Leur créativité et leur curiosité venaient de les faire vibrer au point qu’ils les avaient à se surpasser !

 

A chaque enseignant et parents qui lise ce post, je vous confie cette expérience pour que vous puissiez en faire vivre vous même à vos élèves et vos enfants.

 

Prochainement Créazine, le Mag vous accompagnera dans cette aventure créative. Nous vous préparons de belles interventions de spécialistes en pédagogie créative.

 

Si vous avez aimez cet article n’hésitez plus partagez le et parlez de nous à vos amis! Créons ensemble une belle communauté créative.