Donnons leur confiance : 17 conseils pour réussir

Donnons leur confiance : 17 conseils pour réussir

Petit récapitulatif des bonnes habitudes dans la relation enfant/parents pour que petit bout de choux ait confiance en lui.

 

En pédagogie positive, il n’y a pas de solution toute faite ni de guide pratique à suivre, il y a du bon sens et beaucoup d’amour.

Carl Pickhardt, un psychologue américain auteur de 15 livres sur l’éducation parentale, offre 17 précieux conseils aux parents afin que leurs enfants deviennent des adultes qui auront confiance en eux ; le plus beau des cadeaux.

Dans un article publié par le journal Business Insider UK en 2016, Carl Pickhardt estime qu’un enfant qui manque de confiance en lui hésitera à essayer des choses nouvelles ou difficiles dans la vie parce qu’il aura peur d’échouer ou de décevoir les autres. À long terme, cela peut le freiner et l’empêcher de s’épanouir dans sa vie personnelle et professionnelle.

 

©danny-trujillo

 

« Les ennemis de la confiance sont le découragement et la peur. » Carl Pickhardt

 

Voici 17 de ses conseils pour donner confiance à un enfant :

 

1. Appréciez l’effort peu importe qu’il perde ou qu’il gagne

En d’autres termes, l’important c’est de participer, le voyage compte plus que la destination. Savoir valoriser l’action, petite comme grande.

« Sur le long terme, faire son possible avec constance rend plus confiant que de bien faire par intermittence. »

©hari-nandakumar

 

2. Encouragez la pratique pour développer la compétence

Incitez votre enfant à s’impliquer dans ce qui le passionne, sans pour autant lui mettre la pression. Savoir reconnaitre ses talents et lui donner l’occasion de les mettre en pratique.

« La pratique engendre un effort dans l’attente confiante qu’une amélioration s’en suivra. »

3. Laissez-le résoudre tout seul ses problèmes

Laissez l’occasion à votre enfant d’apprendre à trouver lui-même la solution à ses problèmes sans lui mâcher le travail. donne lui le goût de l’effort.

« L’aide parentale peut empêcher la confiance issue du développement personnel et de la débrouillardise d’un enfant. »

 

4. Laissez-le se comporter comme les enfants de son âge

N’attendez pas de votre enfant qu’il se comporte comme un adulte.A chaque âge son apprentissage, ses découvertes, rien ne sert de courir…

 

 

« Lorsqu’un enfant pense qu’il doit être aussi performant que ses parents, cet objectif irréaliste peut décourager ses efforts. Tenter de répondre aux attentes d’un âge qui n’est pas le sien peut entâcher sa confiance. »

5. Encouragez sa curiosité

Parfois, les questions incessantes d’un enfant peuvent être fatigantes, il faut pourtant les encourager car elles participent à son développement. Et pourquo????? Certain commence toutes leurs phrases ainsi, épuisant mais tellement important pour la croissance et l’éveil de ce petit d’homme!

« Cela signifie qu’ils prennent conscience qu’il y a des choses qu’ils ne savent pas… qu’il y a des mots invisibles de la connaissance qu’ils n’ont jamais visités. »

 

6. Donnez-lui des défis

Montrez à votre enfant qu’il est capable d’atteindre des petits objectifs, pour qu’il prenne confiance. Cela lui sera utile lorsqu’il aura à faire face à des défis plus grands. Ne pas avoir peur de l’échec, savoir viser plus haut et tenter

« Les parents peuvent alimenter cette confiance en augmentant les responsabilités qui doivent être remplies. »

 

7. Évitez de créer des raccourcis ou de faire des exceptions pour votre enfant

Le traitement de faveur peut signifier un manque de confiance. Etre juste, l’enfant reconnait les manque de justice, certain plus que d’autre mais malgré tout cela le construit pour affronter un monde parfois injuste?

« Avoir le sentiment que tout est dû n’est pas un substitut à la confiance. »

 

8. Ne critiquez jamais sa performance

Rien ne décourage plus un enfant que de voir ses efforts critiqués. Lui faire des suggestions afin qu’il progresse est positif – mais ne lui dites pas qu’il a fait du mauvais travail. Si votre enfant a peur d’échouer parce qu’il craint que vous soyez en colère ou déçu, il n’essaiera jamais de nouvelles choses.Votre enfant doit comprendre que tous ces actes sont pour lui par pour l’adultes ou l’autre.

« La plupart du temps, la critique parentale réduit l’estime de soi et la motivation d’un enfant. »

9. Considérez les erreurs comme les fondements de l’apprentissage

En tant que parent, vous devez apprendre à votre enfant à ne pas avoir peur de l’échec et à considérer les erreurs comme une opportunité d’apprendre et de grandir. Chaque pas conduit être à sa pleine conscience. Il n’y pas d’erreur, juste un parcours en confiance.

« Apprendre de ses erreurs construit la confiance en soi. »

 

10. Ouvrez-lui la porte vers de nouvelles expériences

Mettre les enfants au contact de nouvelles choses leur apprend que même si elles leur paraissent effrayantes ou différentes, ils sont capables de les surmonter. Développer la curiosité, la nouveauté et imprévisible, ils seront plus à même d’affronter le monde complexe qui les entoure.

« Un parent a la responsabilité de confronter son enfant à de nouvelles expériences de vie afin qu’il puisse acquérir la confiance nécessaire pour faire face au vaste monde. »

 

11. Apprenez-lui ce que vous savez

Vous êtes le héros/l’héroïne de votre enfant – tout du moins jusqu’à ce qu’il devienne adolescent. Faites-en bon usage en lui enseignant ce que vous savez sur la meilleure façon de penser, de parler et d’agir au quotidien. Donnez-lui l’exemple. Être exemplaire pour son enfant ! Pas toujours simple, je dirai surtout être soi et incarner qui on est vraiment.

« Vous voir réussir donnera confiance à votre enfant dans le fait qu’il est capable de faire la même chose. »

12. Ne lui dites pas lorsque vous vous inquiétez pour lui

L’inquiétude d’un parent peut souvent être interprétée par un enfant comme un manque de confiance en lui. Faite lui confiance !

« Exprimer de la confiance en tant que parent engendre la confiance de l’enfant. »

13. Félicitez-le lorsqu’il fait face à l’adversité

La vie est parfois injuste, même un enfant doit apprendre cette dure leçon. Lorsqu’il fait face à la difficulté, un parent doit expliquer à son enfant comment le fait de surmonter cette mauvaise passe l’aidera pour l’avenir.

« Il est important de rappeler à votre enfant que chaque chemin qui mène au succès est semé d’embûches. »

14. Offrez votre aide et votre soutien, mais pas trop

Surprotéger un enfant peut rapidement lui faire perdre sa confiance en lui.Tout est question de mesure!

« Faire en sorte que l’aide parentale vienne en complément du développement personnel de l’enfant peut renforcer sa confiance. »

15. Saluez son courage lorsqu’il essaie quelque chose de nouveau

Qu’il s’agisse de goûter à un nouvel aliment ou de sauter du plongeoir pour la première fois, un parent doit toujours féliciter son enfant lorsqu’il essaie de nouvelles choses. Un simple « bravo » peut suffire.

« Le confort vient du fait de s’en tenir à ce qui est familier ; le courage est nécessaire pour oser ce qui est nouveau et différent. »

16. Célébrez son désir d’apprendre

Les enfants se réfèrent à leurs parents pour savoir comment réagir à ce qui les entoure. Donc, si vous vous montrez enthousiaste à l’idée qu’il apprenne à nager ou une nouvelle langue, il le sera aussi.

« L’apprentissage est un travail difficile qui, une fois accompli, donne confiance pour apprendre plus. Alors célébrez cette volonté de grandir. »

17. Soyez autoritaire, mais pas insistant ni strict

Lorsqu’un parent est trop strict ou exigeant, un enfant risque de moins chercher à diriger lui-même sa vie.

« Lorsqu’un enfant attend qu’on lui dise quoi faire, il ne peut pas être lui-même. »

 

 

Livre de référence chez Decitre : ICI

Selon les plus récentes recherches en pédiatrie, l’estime de soi n’est pas innée et elle se développe peu après la naissance, fortement influencée par les circonstances, l’environnement et les rapports de l’enfant avec le monde. Il s’agirait de l’un des moteurs essentiels au bon développement psychologique de tout individu. Dans cet ouvrage, l’auteur nous invite à devenir de véritables mentors pour les jeunes en leur apprenant très tôt à renforcer leur caractère, à faire face au stress et à la compétition, à résoudre les conflits de même qu’à développer leurs compétences et leur créativité. Il traite également avec objectivité des principaux facteurs pouvant endommager, voire détruire l’estime de soi : les préjugés, la discrimination, la cruauté, la dépression, l’assuétude aux drogues. Un ouvrage utile à tous ceux qui veulent aider leurs enfants à mieux s’adapter et à mieux vivre dans le monde d’aujourd’hui.

 

Mon article sur le même thème :

 

 

Bonne lecture à tous, si cette article vous a intéressé, partagez le sur les réseaux sociaux et parlez de Creazine.

 

Avez-vous le courage de donner le jour aux trésors qui sont cachés en vous ?

Avez-vous le courage de donner le jour aux trésors qui sont cachés en vous ?

 

Ceci est la principale interrogation de ma vie et vous ?

 

Vivre une existence enchantée

 

Oser être créatif en libérant votre créativité

 

 

 

C’est LA question qu’il faut se poser quand on parle d’existence créative. Je ne connais pas vos talents. Je ne connais pas votre histoire mais je sais que chacun possède en lui des dons inouïs et créateurs, des trésors enfouis qui vous permettent d’avoir ainsi une existence créative :

Être le héros de votre vie!

 

 

 

 

 

Pour commencer, le courage de se lancer dans cette quête qui se distingue d’une vie banale pour vivre une existence enchantée, c’est ce qu’ Elizabeth Gilbert appelle la grande magie.

 

 

Ok on a tous très très peur voulez-vous que je vous liste toutes les innombrables raisons d’avoir peur de mener une existence créative… tout d’abord :

 

  • avoir peur d’avoir aucun talent,
  • avoir peur d’être rejeté critiquer ridiculiser pouvoir finir ignorer, 
  • ne pas avoir sa place se sentir inutile,
  • ne pas savoir trouver sa place imaginer que quelqu’un aurait déjà eu la même idée que vous, 
  • que votre voix ne soit pas assez importante, pas assez riche artistiquement, émotionnellement quelle n’êtes pas à changer la vie de quiconque.
  • Imaginez que vos rêves soient ridicules et considérer que vos tentatives créatives soient comme une énorme ou une grosse perte de temps et d’énergie voir d’argent. 
  • Avoir peur de pas avoir, l’espace de travailler convenable, la liberté financière l’inventivité ou l’exploration, de ne pas avoir la formation et diplôme requis la liste est infinie. 

 

On a tous cette petite voix intérieure qui nous dit arrête, abandonne, tu n’es pas légitime, tu n’as pas d’autorité pour faire ceci ou cela arrête !

 

Je vous conseille de faire la route avec vos peurs de les prendre dans vos bagages et et ne vous dire que ça en vaut la peine parce qu’il faut apprendre à voyager confortablement avec ses peurs. Et surtout de ne pas focaliser sur l’immensité de la créativité mais de la vivre pas à pas avec des petits détails, une jolie table, une recette…une tenue, un rouge à lèvre…un jeu d’enfant…

 

Vous avez des trésors cachés en vous, d’extraordinaires trésors tout comme moi et de donner le jour à ses trésors exigent des efforts, de la foi et de la concentration, du courage alors le temps passe vite, foncez, avancez avec courage.

 

Qui dit courage dit confiance… Et moi j’aime parler de confiance créative.

Retrouver le TEDx de David Keller sur la confiance créative. ICI

 

À très vite sur Créazine soyez heureux soyez confiant soyez créatif.

Heureux à l’école c’est possible pour une année en toute sérénité

Heureux à l’école c’est possible pour une année en toute sérénité

 

Pour une rentrée en toute sérénité tout commence à la maison en famille.

 

J’ai envie de vous partager mes interrogations suite à la fameuse réunion de présentation de l’année scolaire pour mon fils. Mais pourquoi les enseignants ne nous parlent jamais du bonheur à l’école, de la motivation et des besoins de notre enfants pour apprendre ?

 

 

 

 

Pour cela je prends plaisir à vous partager mes ressources tirées du livre « Heureux à l’école – Tout comme à la maison » de Nathalie de Boisgrollier le guide pratique des parents bienveillants.

 

 

 

 

Comment apprendre en étant heureux d’apprendre ?

 

Tout d’abord on ne capitalisant pas tout sur le fameux quotient intellectuel. Les besoins d’un enfant pour apprendre sont multiple comme ses formes d’intelligence. Voici un schéma de synthèse reprenant ces besoins :

Le lien pour le télécharger vous sera envoyer dans l’info lettre de cette semaine ! Vous pourrez le remplir avec vos enfants…

 

 

Les enfants dotés d’un fort quotient sont souvent nommés enfant précoce ou enfant à haut potentiel pourtant. On s’aperçoit souvent que ses enfants peuvent se révéler être des cancres à l’école, ne pas réussir leurs études et ne pas savoir exprimer correctement leur potentiel.

 

 

 

Il est difficile de donner une seule définition de l’intelligence nous avons d’ailleurs écris un article sur les intelligences multiples.

 

Retrouvez les liens vers notre article et le test sur le sujet des intelligences multiples.

 

 

Et si tout était lié à notre intelligence émotionnelle.

 

La connaissance et la compréhension de nos émotions permettent  :

⚪  de mieux analyser des réactions face à des situations, 

⚪  de mieux se connaître, 

⚪. d’améliorer sa confiance en soi, 

⚪  de savoir s’évaluer avec réalisme, 

⚪  de mieux comprendre les réactions des autres 

⚪. d’ être capable de s’adapter entretenir des relations harmonieuses avec les autres 

⚪ de gérer des conflits mieux négocier 

⚪  de faire face à l’imprévu et à l’adversité 

⚪ de retrouver la sérénité quand on a été tourmenté ou stres

 

 

Mais comment tout cela fonctionne dans notre tête?

 

D’un côté il y a le siège du raisonnement le cortex et de l’autre le cerveau limbique lié aux émotions et bien souvent dans ces deux extrêmes il y a ceux qui sont noyés dans leurs émotions et qui perdent leurs facultés et ceux qui ont la maîtrise voir qui sont distants.

Et dans tout cela, il est fou de se rendre compte que beaucoup d’enfants ne réussissent pas à l’école parce qu’ils ont peur inconsciemment de la réussite.

Le premier motif qui alimente cette peur c’est la volonté de rester dans le groupe. La réussite est très souvent suspecte en France. Elle  alimente les craintes d’être critiqué moqué. Et pour finir être seul sans ami !

 

 

 Comment améliorer se situations de stress et de peur ?

 

Par le jeu, il est possible  améliorer ces situations de peur. Parler et trouver des solutions dans les situations de panique, les jeux encouragent la patience et permet de se défouler. L’enfant apprend à perdre. Il peut tricher et assumer les conséquences de son comportement. Le jeu est source de motivation et de plaisir pour l’enfant, il implique l’enfant en tant que acteur. 

Il peut développer dans de nombreux cas des compétences : compter, imaginer, travailler sa mémoire, faire appel à la logique, à la motricité fine. En jouant l’enfant stimule apprivoise modéliser des situations qui sera peut-être amené à vivre et ainsi apprivoise parfois ces peurs.

Voici quelques situations de la vie quotidienne  :

cuisiner peut faire appel à la chimie, reconnaître son chemin, ranger sa chambre, s’occuper d’un animal de compagnie, organiser une fête, créer un parcours de motricité dans la maison ou dans le jardin.

Des jeux : chat couleur, les tangram, jeux de cartes, tout ceci permet de jouer et d’apprendre. 

Comme le dit Amandine du Fou : «  Jouer c’est la base même de tout apprentissage. »

 

 

 

Pour finir selon Winnicott pédiatre et psychanalyse britannique par le jeu l’enfant met en scène ce qui se passe à l’intérieur de lui ainsi il peut rejouer des situations stressantes des situations de peur exprimer ses émotions laisser libre cours à son imaginaire afin de libérer son stress et ses angoisses.

 

 

 

Petit repère pour mieux comprendre votre enfant quand il est découragé. Un enfant décourager est aussi déstabilisé. Il cherche à rétablir sa sécurité intérieure et cela se passe généralement par trois phases :

Phase 1 :  il demande attention et des privilèges 

Phase 2 : il cherche à rétablir la maîtrise et le contrôle de la situation par des comportements de prise de pouvoir de domination vis-à-vis d’une situation d’une personne

Phase 3 : il cherche à confirmer ses croyances qu’il n’est pas bon pas capable.

 

À nous adultes à mettre en place des temps d’écoute de dialogue et surtout de jeux pour faire sortir ses émotions et mettre à mal ses croyances négatives que l’enfant à sur lui-même.

 

 

Comment motiver son enfant ?

 

Reprenons nos carte mentale pour tisser les liens fondant la motivation chez l’enfant…

 

Le lien pour  télécharger cette carte mentale vous sera envoyer dans l’info lettre de cette semaine ! Vous pourrez le remplir avec vos enfants…

 

 

 

 

Qu’est ce qui fait la différence de parcours scolaire et de vie entre deux enfants : sa motivation.

En effet, avoir un but, se mettre en action pour l’atteindre, être bien entoure et aimer, encourager, prendre soin de soi ( sport, amitié, nourriture…), partagez son projet avec sa famille, ses amis, recherche de confiance… être positif !

Tout cela contribue à vivre pleinement son potentiel.

 

 

Tout se fait pas à pas gardez confiance pour  apprivoiser ses peurs et trouver le trésor qu’on a en soi pour briller telle une pépite.

 

 

Je vous souhaite une belle année scolaire, une belle année en famille soyez heureux soyez créatif.

 

Merci de me suivre si vous avez aimé partager avec vos amis parler de créazine belle semaine à tous. 

Comment construire sa confiance créative : David Kelley

Comment construire sa confiance créative : David Kelley

Série des Tedx : #1David Kelley

Comment construire sa confiance créative ?

Cette conférence est juste WAHOUuuuu!!!!! A écouter jusqu’au bout : émouvant et tellement inspirant !

Elle fait écho à ma vision et mon chemin de vie aujourd’hui : redonner confiance aux enfants, à leurs parents et leurs enseignants pour un monde créatif et des êtres talentueux et heureux.

Bonne vidéo à tous et toutes !

Petite information complémentaire :

David est le fondateur de IDEO l’une des agences de design les plus réputées au monde, ayant notamment eu comme client Steve Jobs ( Première souris Apple!) et collectionnant de nombreux prix internationaux. Il est également le fondateur de la d’school à l’université de Stanford où il enseigne en design thinking. www.ideo.com

 

A lire :

La confiance créative, tous innovateurs avec le design thinking co-écris avec son frère Tom.

 

Son approche :

  • Inspiration
  • Synthèse
  • Idéation et expérimentation
  • Implémentation

 

 

 

 

Je vous prépare un article sur les peurs et comment retrouver sa confiance créative !

Vos commentaires et idées créatives à partager pour des publications toute l’année sur www.creazine.fr

Inscrivez-vous et recevez votre cadeau !

Un poster pour booster vos journées

Merci pour votre inscription, surveillez votre boîte mails, vous allez recevoir votre CADEAU