Maman et enfants : hypersensibles et créatifs, comment bien vivre ensemble ?

par | Sep 23, 2016 | apprendre

Être souvent à fleur de peau, sensible aux ambiances, réactif par rapport à certaines situations, ne rime pas avec pathologie.
Chopin, Keats seraient-ils catalogués aujourd’hui comme dépressif ? Notre société aujourd’hui comprend mal ces personnalités bien souvent créatives et manquant de confiance en elle.

Pas facile de se reconnaitre hypersensible, d’autant plus quand on constate chez son enfant les mêmes difficultés. On se doit de réagir et de trouver des outils pour grandir ensemble. Pour l’enfant, la compréhension du monde se fait au travers des sens, mais quand l’environnement qui l’entoure l’agresse (les odeurs, les bruits, les autres et leurs émotions), la compréhension de ce monde peut-être difficile.

Dans les années 90, une psychologue américaine, Elaine Aron s’est rendu compte que la manière de traiter l’information pour l’hypersensible est avant tout une stratégie de survie. Cette hypersensibilité serait selon elle une caractéristique innée. Le côté positif est l’extrême intuition des hypersensibles, leurs formidables capacités d’empathie, leurs talents artistiques. De nombreux sites anglophones naissent après la sortie de son livre culte : Ces gens qui ont peur d’avoir peur, Editions de l’homme, 2000. La possibilité de partager ses expériences et d’identifier ses troubles est enfin possible grâce à ses blogs, sites, notamment grâce à celui de notre amie Gaëlle, L’art d’être soi : www.serienehypersensiblilite.com

Pour les enfants, la grande difficulté se révèle avec l’école, le groupe, le bruit et les autres différents de soi ! Il faut alors apprendre à ne pas être une éponge à empathie. Bien souvent l’hypersensible réceptionne trop personnellement et fortement les émotions des autres. C’est ainsi que l’hypersensible a besoin de solitude afin de construire une bulle protectrice pour ses propres émotions.

 

Mais alors comment améliorer son quotidien ?

Pour cultiver et protéger cette sensibilité, voici 5 astuces qui vous aideront à vous épanouir et à vivre sereinement dans une famille d’hypersensibles et de créatifs :

•    prendre du temps hors du stress, méditer ensemble
•    Bien dormir et se nourrir
•    Être doux les uns avec les autres
•    Prendre du temps pour soi, chacun dans son cocon personnel
•    Créer avec le monde du Sensible

 

Prendre du temps hors du stress, méditer ensemble

Respecter les rythmes des uns et des autres en famille ce n’est pas toujours facile. Les temps calmes de lecture des uns se chevauchent avec les envies de faire des activités sportives des autres.
Le plus important c’est de prendre du temps pour s’échapper, en vélo dans les sentiers cachés, à pied avec son sac à dos au fond d’un bois, au calme pour apprécier le silence dans la nature, pour prendre conscience de notre corps. Prendre du temps ensemble en famille.
Faire les choses simplement sans cri, ni stress. Prendre le temps de faire les choses en douceur, dans la bienveillance et l’écoute.

S’aménager un temps de méditation ou de prière en famille. Vous pouvez instaurer que les enfants préparent ce temps : lampions, huiles essentielles, musique ou CD d’accompagnement. Je vous parlerai d’une de mes lectures prochainement : Calme et attentif comme une grenouille, de Eline Snel aux Editions Les arènes.
Chacun se recentre sur lui-même, se calme, voir s’endort en douceur.

 

Bien dormir et se nourrir

Justement le sommeil !

Le plaisir de l’été, ses longues soirées à jouer tard laisse place à la rentrée et le besoin de reprendre des forces pour des horaires d’école non négociables !
Très sollicité la journée le temps de préparation et d’endormissement se rallonge en début d’année scolaire, il faut un temps pour les taches d’hygiène, mais aussi pour dire au revoir au jour qui s’achève et dire merci pour tout ce vécu.
L’excitation et l’éveil des sens sont si forts dans ces jours de rentrée que l’énervement général submerge la famille !

Bien s’hydrater et manger sainement est la clé.

Prendre le temps de cuisiner en famille afin de partager lors des repas le résultat de cette complicité familiale autour d’un bon repas. Éviter les produits industriels, mieux vaut un bon gâteau au yaourt et chocolat qu’une tranche de pain de mie avec de la pâte à tartiner !!!

À vos fourneaux, nous allons vous proposer des recettes…

 

Être doux les uns avec les autres

Prendre le temps de faire parler chacun de vos enfants sur ce qui s’est passé à l’école dans sa journée, lui offrir l’opportunité de se livrer, de partager ses émotions, ses interrogations.
Prendre le temps de se faire un baiser le soir avant de s’endormir, mais aussi le matin en ce levant et lorsqu’on se quitte aux portes de l’école. Se dire qu’on est heureux que chacun vive sa journée d’expériences et qu’on se retrouve pour tout partager le soir.

Avancer tous ensemble vers une vie de famille plus bienveillante, même si tous les jours ne sont pas faciles !

 

Prendre du temps pour soi, chacun dans son cocon personnel

L’hypersensible est souvent solitaire, agressé par son environnement, il se recentre sur lui. Savoir s’écouter, reconnaître ses états sensibles afin de mieux gérer les crises. Se protéger de l’environnement extérieur, sans fuir au hasard. Garder le cap sur ce qu’on est : un être sensible et créatif. C’est savoir transformer l’hypersensible en créatif à l’écoute du monde.

 

Créer avec le monde du sensible

Bien souvent, le monde hyperstimulant heurte les hypersensibles. Par l’appropriation et le détournement cet univers sensoriel, le créatif peut naître.
L’ouïe, le toucher, la vue et l’odorat : un vaste palette à utiliser pour créer. Trouver le moyen d’exprimer ce qui nous heurte par l’expression artistique, la musique, le chant, le dessin, l’écriture…

Créons ensemble un mode d’expression de cette sensibilité.

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager et à commenter.