Pourquoi avoir peur d’avoir un enfant créatif ?

par | Fév 7, 2017 | creatif

J’aimerai vous faire partager les réactions de parents, amis, adultes, lors de nos échanges sur leur créativité ou celle de leurs enfants. Il m’arrive d’évoquer ma nouvelle activité lors de rencontre à la sortie de l’école. Je parle du sujet de mon magazine : la créativité de l’enfant. Et là le gros mot est prononcé : CRÉATIVITÉ !!!!

Souvent la réaction première est de me répondre : « Oh non ! Tu sais,  mon fils (ou ma fille) ne sait pas dessiner, il n’a pas d’imagination, il n’est pas créatif ! ». La conversation est close sur le sujet et la peur de devoir argumenter, justifier… une histoire de famille ! Et si justement ces croyances étaient la source, le frein, la peur collective de la différence et de l’avenir complexe de la vie d’artiste! Aujourd’hui il est bien plus simple de choisir de multiple activités pour son enfant afin de le surstimuler, de l’occuper et le rendre compétitif  (tennis, danse, escrime, musique ou anglais…)

Le modèle de base n’est plus d’actualité pour la nouvelle génération : apprentissage « sérieux » = étude réussi = belle carrière = Bonheur! Nous voulons tous le meilleur pour eux, alors ouvrons leurs les portes de la créativité,  apprenons à reconnaitre leurs potentiels porteurs de sens pour leur avenir !

 

Voici trois idées fausses sur la créativité :

 

La créativité n’est pas quelque chose que l’on doit apprendre, c’est inné, FAUX! Elle n’est pas une capacité unique que certains ont et d’autres pas. Bien au contraire, la créativité est un ensemble de capacités que nous avons tous et que nous devons travailler.

Il s’agit de quelque chose de spéciale, les adultes pensent en terme artistique, donc ils ne le sont pas. Vous pouvez être créative dans tous les domaines dès l’instant où vous comprenez ce que c’est que d’être créative.

Rien n’est figé, il y a beaucoup à faire pour aider les gens à devenir créatifs. Enseigner aux gens à être créative n’est pas fixe! Il faut créer des situations qui obligent à faire preuve de créativité, être actif.
Nous avons tous été très heureux des premiers dessins, exploits créatifs et graphiques de nos enfants : ils communiquent et s’expriment, oui super ! Mon enfant est normal, il fait des bonhommes en forme de coton tige qui symbolise son entourage affectif ! Ce premier élan créatif est une volonté de communiquer, de restituer son environnement, de rentrer en relation.
Chouette, puis viens l’école. L’apprentissage du langage, des lettres puis des mots. On le corrige si ce n’est pas « bien » au sens où l’adulte l’entend ! Mais que devient cet élan créatif, cette émergence, cette volonté ! Elle diminue pour devenir une contrainte, un effort et un  résultat ! Le système éducatif lui apprend à donner LA réponse juste et la seule et unique. Il ne doit pas copier, c’est triché alors que l’acte coopératif est fondamental!
En reprenant cet élan premier, préhistorique pourrions-nous dire, regardons les richesses insoupçonnées de ce besoin de communiquer !
Entre l’homme de Cro Magnon à nos enfants du 21ème siècle, nous avons Vermeer, Picasso, Mozart… mais aussi Einstein, Richard Feynman, Steve Jobs… développeurs de processus de pensée créative.