La créativité, un jeu d’enfant

par | 22 Sep, 2016 | creatif

Je me permets de reprendre un article de France Lebreton, du magazine La croix paru le 20 avril 2016.

L’enfant naturellement créatif perd souvent ce potentiel en grandissant. Les parents et les éducateurs peuvent l’aider à cultiver sa créativité, et déployer sa propre imagination.

 

 

 

 

 

Qu’est-ce qui pousse à créer ?

Pour comprendre ce potentiel ou cette impulsion première, nous avons interrogé des amis créatifs et personnellement nous nous sommes replongés dans nos souvenirs d’enfance. Vous retrouverez ces récits pleins d’émotion dans notre Web magazine et notre chaine Youtube consacré à la créativité.

 

 

https://www.youtube.com/channel/UC7235KUMiHPYgMvZxvppvog

 

 

Nous avons suivi l’étude d’Hubert Ripoll, professeur d’université et psychologue, il a enquêté sur le secret des grands créateurs comme, entre autres, l’artiste Fabienne Verdier. Ce besoin original répond bien souvent à une quête.
Cette jeune femme qui a tout quitté, confort, famille, culture, par amour pour son art et a développé une recherche intérieure, à travers sa découverte de la calligraphie en Chine. Quel parcours de vie et d’engagement ! Je vous conseille de lire son livre “ Passagère du silence”

Nos  enfants ne sont pas tous appelés à devenir des créateurs célèbres. Mais tous ont un potentiel créatif.

 

 

 

 

 

 

« La créativité permet de s’accomplir, de se ressourcer et de prendre du plaisir, dans une production personnelle et originale », précise le psychologue.

 

 

La créativité, une valeur en hausse

Aujourd’hui, la créativité est une valeur en hausse, revendiquée par tous.

Les ateliers et loisirs « créatifs » se multiplient pour petits et grands ; les jeux estampillés « créatifs » figurent en tête de gondole. Même les entreprises stimulent l’imagination de leurs employés, de séances de « brainstorming » en séminaires propices à faire jaillir les idées.
Si la créativité promet l’épanouissement personnel, C’est aussi un moyen d’améliorer l’adaptation de l’individu en vue d’augmenter ses performances.

 

 

Le système éducatif tue la créativité

Quant à l’école, censée être un lieu privilégié d’éveil est bien souvent accusé de faire baisser, voire de brider le potentiel créatif des élèves, et ce dès la fin de la maternelle. Sur YouTube, la conférence de Ken Robinson, un universitaire anglais, intitulée « Le système éducatif tue la créativité » dénonce avec humour les ravages d’une pédagogie standardisée et plaide pour une école qui favorise la créativité. Dans son ouvrage, “Trouver son élément”, il prône une quête de connaissance de soi, de ses dons et de ses talents pour choisir sa vie et devenir le créateur de son parcours de vie.

 

 

L’importance de l’accompagnement familial.

Hubert Ripoll insiste sur l’importance de l’accompagnement familial dans la démarche créatrice. Il souligne le rôle essentiel des grands-parents, débarrassés des contraintes liées à la réussite de l’enfant. Ouverts, tolérants, bienveillants, ils sont plus dans la recherche de l’épanouissement que celle, parfois effrénée, de l’acquisition de compétences.
Les parents, en effet, sont souvent tiraillés entre deux exigences contradictoires : l’épanouissement de leur enfant et les performances scolaires et sportives. Ils démultiplient les activités de leurs enfants. Certains amis de mes enfants ont jusqu’à 8 activités par semaine !

Être créatif ne se décrète pas, c’est un style de vie.

La multiplication des écrans a aggravé la situation. Le jeu libre est devenu le parent pauvre de l’éducation. L’adulte doit s’efforcer de préserver cet espace de liberté, de répondre aux attentes de l’enfant qui veut bricoler, jardiner, construire, aménager, détourner un objet de son usage. En évitant de faire à sa place, de guider sa main ou de l’obliger à finir sa « création », qui n’appartient qu’à lui seul.
Être créatif ne se décrète pas, c’est un style de vie, une tournure d’esprit.

« En famille, cela consiste à laisser du jeu entre soi et le monde, à s’autoriser la fantaisie », estime la psychanalyste France Schott-Billmann.

Pour la susciter, il faut arriver à se détendre, à s’émerveiller, à partager les capacités créatives de son enfant. Encourager à poser un regard créatif sur le monde, sans oublier l’oreille, le goût ou l’odorat qui peuvent l’être aussi, permet de trouver en soi un chemin de liberté. C’est cuisiner en famille, découvrir le monde et s’émerveiller tous ensemble.

 

 

C’est pourquoi aujourd’hui nous vous proposons de nous rejoindre dans une aventure commune de partage de créativité et d’imagination, enfants, parents et éducateurs.

 

Vous avez apprécié cet article, laissez-moi un commentaire et surtout partagez-le ! Créons ensemble la première communauté de créatif en francophonie !