Testez votre créativité avec le jeu du rouleau de papier !

Testez votre créativité avec le jeu du rouleau de papier !

 

Aujourd’hui, nous allons parler de pensée divergente. Vous savez, cette faculté qui consiste à trouver des solutions originales à certains problèmes en pensant en dehors de la boite (« out of the box » !)

 

En 1967, un psychologue nommé Joy Paul Guilford a créé un test resté célèbre dans le domaine de la créativité. Le test des usages alternatifs (« Alternative Uses Test« ) se résume en une consigne simple : imaginer autant d’utilisations possibles à un objet banal comme une brique, une chaussure… ou un trombone !

Le test se pratique généralement durant un laps de temps défini (10 mn, par exemple).

 

 

Son but est de vous inciter à penser hors des sentiers battus et développer votre pensée divergente. 

 

On mesure ensuite les résultats selon 4 critères principaux :

  • L’aisance, qui correspond au nombre d’utilisations alternatives imaginées durant le laps de temps accordé.
  • L’originalité : à quel point vos propositions sont insolites (ou jugées comme telles) ?
  • La flexibilité : ce critère correspond à la variété des domaines et catégories au sein desquels vous avez trouvé des idées.
  • L’élaboration, qui mesure le degré de détail et de développement de l’idée.

 

Je vous propose un excellent jeu pour vous entraîner à cela en classe ou à la maison.

 


Le jeu du rouleau de Sopalin adapté à des enfants : Jeu de mime en classe

Installation du jeu pour les enfants :

En silence, en cercle debout. Le jeu débute au top départ et il s’arrête dans un temps donné. 

Consignes :

Voici un rouleau (de Sopalin) en carton gris. Une fois l’objet en main, oubliez tout ce que vous en savez et imaginez simplement toutes les utilités que vous pourriez lui donner.Vous pouvez le transformer en une multitude de choses divers ou le transformer tout cours.

Un peu de fantaisie et d’humour sont vivement conseillés pour cet exercice !

Vous vous rendrez compte qu’un objet aussi banal peut avoir une tonne d’applications possibles pour peu qu’on laisse son imagination courir librement.

Il est possible de s’en servir comme une règle pour mesurer des choses, des instruments de musique, des fruits et des légumes, des métiers… 

Bien sûre l’adulte n’intervient pas, le rouleau de sopalin peut être déroulé… transformé… libre cours au suivant de rebondir sur l’action de l’enfant précédent. Attention à toujours bien rester en silence !

Ce jeu peut vous permettre de rebondir sur plusieurs idées créatives produites par les enfants pour mener à bien un projet de création pictural ou spectacle vivant… à vous adultes d’imaginer et de rebondir !


La pensée divergente : une capacité qui décroit au fil du temps…

 

… si on ne l’encourage pas régulièrement !

 

La plupart des gens imaginent entre 10 et 15 usages alternatifs pour un objet. Les plus doués (les génies), eux, peuvent aboutir à une centaine de propositions ou plus encore.

 

L’ennui, c’est que nous perdons progressivement notre aptitude à la pensée divergente en vieillissant.

 

En effet, les as dans ce domaine restent une fois de plus les enfants ! Entre 3 et 5 ans, ceux-ci peuvent trouver près de 200 utilisations différentes pour un objet. Entre 6 et 12 ans, ce score descend à une trentaine environ. Au delà de 13 ans, la majorité atteint péniblement les 20 propositions.

 

Pourquoi un tel déclin ?

Peut-être est-ce l’apprentissage scolaire qui amenuise notre capacité à penser de façon divergente. Après tout, les tests scolaires n’impriment-ils pas en nous l’idée qu’il n’y a qu’une seule solution correcte pour un problème donné ?

Une intéressante étude longitudinale a révélé que 98% des enfants de maternelle étaient des génies en matière de pensée divergente. Cinq ans plus tard, alors âgés de 8 à 10 ans, seuls 50% d’entre eux réussissait le test avec autant de succès. Cinq ans de plus, et le nombre de « génies » avait encore chuté.

Mais l’école n’est sans doute pas la seule fautive.

 

Dépasser la « fixité fonctionnelle »

Le problème a sans doute aussi à voir avec notre façon d’apprendre, ajouté au rythme effréné de cet apprentissage.

Tout part d’un biais cognitif, qui nous limite à utiliser un objet seulement de la façon dont on nous l’a appris. On appelle cela « fixité fonctionnelle« , et cela empire à mesure que le temps passe.

Durant notre vie, nous devons apprendre à un rythme très rapide. Nos années passées à l’école nous enseignent un condensé de ce que les humains ont appris depuis qu’ils sont l’espèce dominante sur Terre.

Nous devons également composer avec un monde qui n’a pas été modelé par nous mais par une infinité d’esprits différents. Pour tenir la cadence, nous n’avons souvent pas d’autre choix que de nous référer à ce qu’on nous a dit de l’utilité d’une chose.

Quelqu’un vous dit un jour qu’un trombone sert à attacher des feuilles volantes ensemble. Vous intégrez l’information et vous passez à autre chose, rien de plus naturel. Cette capacité à apprendre rapidement est un avantage évolutif, mais elle a ses contres-parties; l’une d’elle est de cloisonner nos esprits à une seule possibilité plutôt qu’à chercher des alternatives.

Mais ça ne doit pas forcément être vu comme une fatalité. On peut tous voir au delà du commun si on se donne la peine de penser différemment et utiliser notre imagination dans notre vie quotidienne.

Cela nous aide à regarder le monde comme nous avions coutume de le faire lorsque nous étions enfants. Libres de préjugés, pour voir au-delà de l’objet.

Alors restez ouvert aux possibilités. Oubliez ce que vous savez. Et laissez les fenêtres de votre esprit grande ouvertes ! Et Oser !

C’est à vous ! Êtes-vous un adepte de la pensée divergente ? Et vous arrive-t-il de vous amuser à ce genre d’exercice créatif ? Les commentaires attendent vos témoignages !

Belle semaine créative mes pépites créatives !

Film d’animation #2 : Le bonheur de partager sa créativité

Film d’animation #2 : Le bonheur de partager sa créativité

#2 My strange grandfather

Thème : L’exclusion et la différence

L’excentricité comme origine de l’exclusion. Dès 5 ans

https://vimeo.com/57395065

 

 

 

Réalisateur, Scénariste, Artiste – Dina Velikovskaya 

Caméraman – Alexander Vertiakov 

Compositeurs – Maria / Gootnik, Eugeny Kadimsky 

Animateurs – Eugenia Zhirkova, Dina Velikovskaya 

Directeur du son – Eugeny Kadimsky 

Marionnette – Igor Hilov, Tatiana Platonova 

Directrice de production – Alexandra Didichenko

Durée : 8’40

Synopsis : un grand père fantasque et ingénieux tente de faire partager sa passion créative à sa petite fille. Au delà des regards, ils vont vivre des moments magiques et poétiques.

 

L’avis de Créazine : Un film très poétique sur le thème de la différence et de l’exclusion, mais aussi l’amitié entre une petite fille et son grand-père.

D’une grande sensibilité, ce film nous transporte dans un univers bienveillant et créatif. Ce film a reçu de nombreux prix.

Une personne créative semble souvent étrange, drôle et un peu fou. Même ses amis et sa famille ne le comprennent pas toujours et ont souvent honte de lui. Mais parfois, il peut créer un véritable miracle – simplement à partir de déchets…

 

Bon film en famille et bon partage après.

Doux et créatif samedi à tous !

 

Comment nos émotions peuvent nous conduire vers un fabuleux destin ?

Comment nos émotions peuvent nous conduire vers un fabuleux destin ?

 

L’intelligence émotionnelle ou le don de vivre en harmonie avec ses émotions !

Nous sommes tous dotés bien au-delà des intelligence mathématiques et linguistique de nombreuses intelligences qui peuvent être évaluées également sous la forme du quotient émotionnel.

 

 

 

Dans le best-seller du psychologue américain Daniel Goleman – Intelligence émotionnelle – , on apprend à comprendre que l’intelligence cognitive ou le QI ne suffit pas pour réussir. Pour lui, les émotions sont importantes et l’intelligence émotionnelle peut-être stimuler et se développer.

Il faut savoir que l’état émotionnel interfère en permanence dans l’apprentissage.

 

 

 

Mais alors, que permettent la connaissance et la compréhension de nos émotions ?

La connaissance de nos émotions nous offre l’opportunité de : 

 

⚪  de mieux analyser des réactions face à des situations, 

⚪  de mieux se connaître, 

⚪  d’améliorer sa confiance en soi, 

⚪  de savoir s’évaluer avec réalisme, 

⚪  de mieux comprendre les réactions des autres 

⚪  d’ être capable de s’adapter entretenir des relations harmonieuses avec les autres 

⚪ de gérer des conflits mieux négocier 

⚪  de faire face à l’imprévu et à l’adversité 

⚪ de retrouver la sérénité quand on a été tourmenté ou stressé.

 

 

Petit outil pour faire de nos émotions une force : Apprentissage et fluidité, un nouveau modèle pour l’éducation.

 

La fluidité est cet état où le plaisir de l’action surpasse tout, on oublie le temps, l’espace, on est à sa place, dans le présent. La maitrise du geste est soutenu par l’expérience de la fluidité comme en témoigne Cslikszentmihalyi :

 «  La créativité dépend d’une immersion résolue dans son travail. »

 

Pour Cslikszentmihalyi, le peintre est un artiste devant avoir envie de peindre par dessus tout.  Dans l’apprentissage aussi la fluidité est la condition préalable à toute réussite. La prise de plaisir et l’envie sont des facteurs essentiel à l’apprentissage de qualité et à la réussite.

« La recherche de l’état de fluidité est une manière plus humaine, plus naturelle et sans doute plus efficace de mettre les émotions au service de l’éducation. » Daniel Goleman

 

Comment donner du plaisir et envie à nos enfants d’apprendre ?

Tout d’abord en découvrant avec l’enfant quelles sont ses passions, ses centres d’intérêts et ses dons. Cela va l’amener tout naturellement à se connaitre ses talents. Il va rechercher par le travail à s’améliorer. Autrement dit par ce qu’il aime, il va développer un état de fluidité qui va le guider vers l’excellence et l’apprentissage de qualité. L’enfant va ainsi voir ses progrès et persévérer et être heureux du chemin accompli.

Ainsi cela renforce l’idée que canaliser ses émotions dans un but donné est une aptitude primordiale pour se motiver, pour se calmer, pour se focaliser afin de réussir à atteindre cet état de fluidité. L’enfant ainsi sera plus efficace avec des émotions apaisées pour être guider dans ses choix et sur son chemin d’apprentissage et de vie.

Je vous rappelle deux anciens articles sur la méditation et la sensibilité afin de compléter.

  • Hypersensiblitié : clic ICI
  • La méditation : clicl ICI

 

C’est à vous ! Êtes-vous un adepte de la méditation en pleine conscience ? Et vous arrive-t-il de vivre cette fluidité créative ? Les commentaires attendent vos témoignages !

Parlez de Créazine autour de vous en partageant nos articles avec vos amis.

Pour un monde fluide, créatif et épanoui !

Belle journée à vous tous mes pépites !

Heureux à l’école c’est possible pour une année en toute sérénité

Heureux à l’école c’est possible pour une année en toute sérénité

 

Pour une rentrée en toute sérénité tout commence à la maison en famille.

 

J’ai envie de vous partager mes interrogations suite à la fameuse réunion de présentation de l’année scolaire pour mon fils. Mais pourquoi les enseignants ne nous parlent jamais du bonheur à l’école, de la motivation et des besoins de notre enfants pour apprendre ?

 

 

 

 

Pour cela je prends plaisir à vous partager mes ressources tirées du livre « Heureux à l’école – Tout comme à la maison » de Nathalie de Boisgrollier le guide pratique des parents bienveillants.

 

 

 

 

Comment apprendre en étant heureux d’apprendre ?

 

Tout d’abord on ne capitalisant pas tout sur le fameux quotient intellectuel. Les besoins d’un enfant pour apprendre sont multiple comme ses formes d’intelligence. Voici un schéma de synthèse reprenant ces besoins :

Le lien pour le télécharger vous sera envoyer dans l’info lettre de cette semaine ! Vous pourrez le remplir avec vos enfants…

 

 

Les enfants dotés d’un fort quotient sont souvent nommés enfant précoce ou enfant à haut potentiel pourtant. On s’aperçoit souvent que ses enfants peuvent se révéler être des cancres à l’école, ne pas réussir leurs études et ne pas savoir exprimer correctement leur potentiel.

 

 

 

Il est difficile de donner une seule définition de l’intelligence nous avons d’ailleurs écris un article sur les intelligences multiples.

 

Retrouvez les liens vers notre article et le test sur le sujet des intelligences multiples.

 

 

Et si tout était lié à notre intelligence émotionnelle.

 

La connaissance et la compréhension de nos émotions permettent  :

⚪  de mieux analyser des réactions face à des situations, 

⚪  de mieux se connaître, 

⚪. d’améliorer sa confiance en soi, 

⚪  de savoir s’évaluer avec réalisme, 

⚪  de mieux comprendre les réactions des autres 

⚪. d’ être capable de s’adapter entretenir des relations harmonieuses avec les autres 

⚪ de gérer des conflits mieux négocier 

⚪  de faire face à l’imprévu et à l’adversité 

⚪ de retrouver la sérénité quand on a été tourmenté ou stres

 

 

Mais comment tout cela fonctionne dans notre tête?

 

D’un côté il y a le siège du raisonnement le cortex et de l’autre le cerveau limbique lié aux émotions et bien souvent dans ces deux extrêmes il y a ceux qui sont noyés dans leurs émotions et qui perdent leurs facultés et ceux qui ont la maîtrise voir qui sont distants.

Et dans tout cela, il est fou de se rendre compte que beaucoup d’enfants ne réussissent pas à l’école parce qu’ils ont peur inconsciemment de la réussite.

Le premier motif qui alimente cette peur c’est la volonté de rester dans le groupe. La réussite est très souvent suspecte en France. Elle  alimente les craintes d’être critiqué moqué. Et pour finir être seul sans ami !

 

 

 Comment améliorer se situations de stress et de peur ?

 

Par le jeu, il est possible  améliorer ces situations de peur. Parler et trouver des solutions dans les situations de panique, les jeux encouragent la patience et permet de se défouler. L’enfant apprend à perdre. Il peut tricher et assumer les conséquences de son comportement. Le jeu est source de motivation et de plaisir pour l’enfant, il implique l’enfant en tant que acteur. 

Il peut développer dans de nombreux cas des compétences : compter, imaginer, travailler sa mémoire, faire appel à la logique, à la motricité fine. En jouant l’enfant stimule apprivoise modéliser des situations qui sera peut-être amené à vivre et ainsi apprivoise parfois ces peurs.

Voici quelques situations de la vie quotidienne  :

cuisiner peut faire appel à la chimie, reconnaître son chemin, ranger sa chambre, s’occuper d’un animal de compagnie, organiser une fête, créer un parcours de motricité dans la maison ou dans le jardin.

Des jeux : chat couleur, les tangram, jeux de cartes, tout ceci permet de jouer et d’apprendre. 

Comme le dit Amandine du Fou : «  Jouer c’est la base même de tout apprentissage. »

 

 

 

Pour finir selon Winnicott pédiatre et psychanalyse britannique par le jeu l’enfant met en scène ce qui se passe à l’intérieur de lui ainsi il peut rejouer des situations stressantes des situations de peur exprimer ses émotions laisser libre cours à son imaginaire afin de libérer son stress et ses angoisses.

 

 

 

Petit repère pour mieux comprendre votre enfant quand il est découragé. Un enfant décourager est aussi déstabilisé. Il cherche à rétablir sa sécurité intérieure et cela se passe généralement par trois phases :

Phase 1 :  il demande attention et des privilèges 

Phase 2 : il cherche à rétablir la maîtrise et le contrôle de la situation par des comportements de prise de pouvoir de domination vis-à-vis d’une situation d’une personne

Phase 3 : il cherche à confirmer ses croyances qu’il n’est pas bon pas capable.

 

À nous adultes à mettre en place des temps d’écoute de dialogue et surtout de jeux pour faire sortir ses émotions et mettre à mal ses croyances négatives que l’enfant à sur lui-même.

 

 

Comment motiver son enfant ?

 

Reprenons nos carte mentale pour tisser les liens fondant la motivation chez l’enfant…

 

Le lien pour  télécharger cette carte mentale vous sera envoyer dans l’info lettre de cette semaine ! Vous pourrez le remplir avec vos enfants…

 

 

 

 

Qu’est ce qui fait la différence de parcours scolaire et de vie entre deux enfants : sa motivation.

En effet, avoir un but, se mettre en action pour l’atteindre, être bien entoure et aimer, encourager, prendre soin de soi ( sport, amitié, nourriture…), partagez son projet avec sa famille, ses amis, recherche de confiance… être positif !

Tout cela contribue à vivre pleinement son potentiel.

 

 

Tout se fait pas à pas gardez confiance pour  apprivoiser ses peurs et trouver le trésor qu’on a en soi pour briller telle une pépite.

 

 

Je vous souhaite une belle année scolaire, une belle année en famille soyez heureux soyez créatif.

 

Merci de me suivre si vous avez aimé partager avec vos amis parler de créazine belle semaine à tous. 

film d’animation  #1 : La force de l’imagination

film d’animation #1 : La force de l’imagination

#1 Will Hatching Day Come ?

Thème : L’Imagination 

 

https://vimeo.com/202166848

 

Un film sur le pouvoir d’imagination des enfants. Dès 3 ans

 


Directeur : KIATCHOKECHAIKUL CHAYANIT

Musique: Soyoka HAYASHI

Sound Design : Manami NODA

Producteur : Mitsuko OKAMOTO

 

Durée : 3’28

Synopsis : C’est l’histoire d’une petite fille qui croit qu’elle peut oeuf un jour si elle le garde au chaud.

Les plus petits enfants, rêvant d’animaux de compagnie, s’identifieront certainement à l’héroïne du court-métrage et s’amuseront peut-être à dessiner des personnages sur les oeufs du prochain déjeuner.

Univers visuel : Une animation à la main simple et expressive. Le dessin au trait ne représentant que les contours des objets avec quelques aplats colorés sans les effets d’ombre ou de lumière est parfaitement adapté aux jeunes enfants.

 

Bon film en famille et bon partage après.

Doux et créatif samedi à tous !

 

Test de dessin réalisé par presque 370 000 personnes et pourquoi pas vous ?

Test de dessin réalisé par presque 370 000 personnes et pourquoi pas vous ?

Au fil de mes recherches dans le domaine de la créativité, je suis tombée sur un test du site DessinFacile.com qui propose des cours de dessins en ligne.

Celui-ci met également à disposition un court test gratuit (10mn environ) qui intéressera particulièrement les étudiants en arts, ou simplement ceux qui cherchent à évaluer leur talent artistique.

J’ai décidé de vous le proposer ici car Créazine est d’abord un site qui a la vocation d’inspirer des étincelles créatives chez ses lecteurs.

 

 

Et le dessin n’est-il pas un art créatif par excellence ? D’ailleurs, même si vous n’êtes pas spécialement attiré par le dessin, il est toujours intéressant d’en apprendre un peu plus sur soi-même ! Le retour réalisé suite au test vous renseigne sur votre culture générale, votre technique et vos aptitudes particulières.

 

 

Le test de créativité artistique

J’ai moi-même fait le test, et voici comment il se décompose :

  • 36 étapes
  • Des questions à choix multiples
  • Des questions types oui / non
  • Des tests d’observation
  • Quelques questions de culture générale

C’est ludique et rythmé, rapide à faire.

Essayez donc pendant votre pause déjeuner ?

A la suite du test, vous accéderez à un petit compte-rendu et l’auteur a même prévu un bilan personnalisé gratuit de quelques pages à recevoir par email, en se basant sur les statistiques de vos réponses.

Pour ma part, j’ai trouvé que ce qu’il y disait était assez proche de la réalité. Évidemment c’est de l’a-peu-près puisque ce rapport est généré automatiquement par un système informatique, mais on sent que l’auteur a fait ça avec sérieux. En cadeau pour votre participation vous aurez accès à 30 jours de cours de dessin gratuit, pour vous ou l’un de vos enfants…

Pour débuter le test c’est ICI.

https://www.signus.fr/test-artiste/start.php

Bon test à tous et toutes mes pépites… 

Inscrivez-vous et recevez votre cadeau !

Un poster pour booster vos journées

Merci pour votre inscription, surveillez votre boîte mails, vous allez recevoir votre CADEAU