Alternative et créative ? Maria Montessori, sa vision de la réalité et du rêve

Alternative et créative ? Maria Montessori, sa vision de la réalité et du rêve

Échange avec Luciano Mazzetti, Lucio Lombardi et Sourour Pivion

 

Rencontre autour de la pédagogie de Maria Montessori

Je vous présente Luciano Mazzetti, Lucio Lombardi et Sourour Pivion : deux italiens et une tunisienne passionnés et passionnants.

Luciano Mazzetti compte 50 ans d’enseignement en pédagogie à l’université de Rome. Il est le fondateur et le président du centre international Montessori. Il a voulu répandre la pensée de Maria Montessori qui a fondé en 1907 la première maison des enfants à Rome. Aujourd’hui, son enseignement est plus que jamais d’actualité dans notre pays. Luciano a fondé le centre international Montessori, convaincu qu’il est préférable de pratiquer l’éducation plutôt que de la théoriser.

http://www.centrointernazionalemontessori.com/wpsite/il-professore-luciano-mazzetti/

Cet entretien avec lui va nous permettre de connaitre et de mieux comprendre la vision de Maria Montessori sur la créativité chez l’enfant.

 

Lucio Lombardi est le directeur de la fondation Montessori de Chiaravalle.

https://www.youtube.com/watch?time_continue=22&v=ahxCB0kJ4VI

 

 

Sourour Pivon est la fondatrice de quatre écoles Montessori, dont une à Montreuil en 2006 et une autre à Tunis au lac 1 depuis 2014. Elle forme et accompagne de projets de maisons des enfants partout dans le monde. Voici une vidéo de présentation de l’ambiance de son école de Montreuil.

 

 

Créazine : Maria et les dessins d’enfants ?

Luciano :

Maria Montessori fut lourdement critiquée car elle a refusé les dessins des enfants, les considérant comme des gribouillages. À travers cela les enfants ne racontent pas leur histoire. Avant toute chose il faut comprendre l’évolution du dessin d’enfant avant de poser un avis. Aujourd’hui, on peut trouver de nombreuses recherches sur les gribouillages d’enfants et ses premiers pas vers l’écriture.

Luciano prend une feuille et se met à imiter l’évolution du dessin de l’enfant tout en nous expliquant la succession des étapes.

Dans un premier temps, le tracé d’un enfant n’est qu’un mouvement musculaire puis circulaire puis il soude les formes. Apparaît alors le bonhomme qu’il fait évoluer vers le pré-graphisme pour finir par occuper les extrémités de la feuille. Et ainsi, il aboutit au « frigo »  vu dans la maison comme transparente, une vue en coupe dans le jargon architectural.

 

 

 

 

Créazine : Maria Montessori et la critique sur sa position sur l’art et le dessin d’enfant ?

Luciano :

le plus grand critique des idées de Maria sur la créativité est Herbert Read « éduquer avec l’art », théorie basée sur les gestes créatifs comme intelligence de la pensée.

Avant tout pour bien comprendre tout cela, il faut faire un grand voyage par la psychiatrie.

« Notre vie mentale est basée sur notre rapport à la réalité. »

On peut avoir peur de la réalité et la fuir. Winicott en parle très bien. Pour lui deux comportements face à la réalité : fuir ou s’accommoder.

La fuite peut être saine, tout dépend de la volonté d’agir qui est cachée derrière la fuite. L’adolescence rêve les yeux ouverts et c’est très sain!

Il faut savoir que Maria a fait une partie de ses études sur le rêve et le rapport à la réalité. Elle cherche avant tout à aider les enfants à ne pas avoir peur de la réalité.

Pour elle : Créativité = fantaisie

Dans cette recherche d’accompagnement, elle demande la plus grande prudence avec les enfants, pour éviter le complexe d’infériorité et la peur de la réalité. C’est pourquoi, dans les écoles Montessori,  il n’existe qu’un seul exemplaire de matériel, il est cassable et lavable. Les objets réels du quotidien et leur manipulation avec soin donnent confiance à l’enfant.

 

Créazine : alors comment comprendre ce lien entre créativité et accommodement ?

Luciano fait référence à l’ouvrage de Vygostky « Créativité et l’imagination infantile ».

http://www.ac-grenoble.fr/ecole/74/maternelle74/IMG/pdf/le_role_du_jeu_dans_le_developpement_de_l_enfant_ageem2.pdf

 

J’ai fait quelques recherches sur cet ouvrage et voici ma synthèse. Dans cette œuvre «  l’Art et l’Imagination dans l’enfance », Vygotsky définit la créativité comme toute réalisation humaine créatrice de quelque chose de nouveau, qu’il s’agisse de reflets d’un objet quelconque du monde extérieur, qu’il s’agisse de déterminer les constructions du cerveau ou des sentiments, qui ne vivent pas et se manifestent que chez l’être humain. Vygotsky associe la créativité à l’impulsion combinatoire de l’être humain qui provient de sa possibilité à imaginer, à tisser des fantaisies, à projeter, à planifier le futur.

« Il existe de la création non seulement où les événements historiques ont leur origine, mais aussi où l’être humain imagine, combine, modifie et crée quelque chose de nouveau, même si cette nouveauté semble insignifiante si l’on la compare aux réalisations des grands génies. Si nous y ajoutons l’existence de la création collective qui réunit toutes ces petites découvertes, insignifiantes en elles-mêmes, de la création individuelle, nous comprendrons combien est-elle grande, la partie de tout ce qui a été créé par le genre humain et qui correspond à la création anonyme collective d’inventeurs inconnus »( Vygotsky, 1982, p.11).

http://www.inrp.fr/biennale/8biennale/contrib/longue/249.pdf

 

 

En conclusion, pour Vygotsky la créativité est la capacité à combiner les éléments de la réalité commune d’une manière magique avec fantaisie.

 

Créazine : Aaors comment ne pas avoir peur de la réalité ?

Luciano : Pour le mexicain Octavio Paz, la créativité est une page blanche. Il faut avoir le courage de démarrer et d’écrire.

Petite critique et exemple de Luciano : Alors, oui. Les couillons d’enseignants ne sont pas des créatifs quand ils ne font que répéter la même choses les uns les autres. Il font des papillons tous pareils…

Dans ce cas-là, qu’est-ce qu’ils transmettent aux enfants ?

C’est dans la découverte que tout se passe.

Petite histoire raconté par Luciano : «  un jour un enfant dessine sa famille. La maitresse recherche le sens du dessin de l’enfant. La maitresse bien ennuyée. Elle questionne la famille car son dessin représente une famille de noirs, alors que la famille est blanche de peau. On finit par le questionner : sa réponse pour lui est évidente, le noir est la couleur la plus importante !

Pour finir Luciano nous rappelle la quête de Maria Montessori avait besoin de comprendre la différence entre la fuite et la réalité. Il conclut en disant ceci :

 « L’idée naît  avant l’usage et la technique. C’est le cas pour toutes les grandes découvertes. »

 

 

C’est ce que moi j’appelle la force créative!

Mille merci à Luciano, à Sourour pour la traduction en direct  et à Lucio pour leur partage d’expérience et leur générosité.

 

J’espère que cet entretien avec ces trois acteurs majeurs de l’univers Montessori vous  a permis de vous faire une idée de la vision de Maria Montessori sur la créativité chez l’enfant et de comprendre son approche dans sa pédagogie.

 

Merci à vous tous de me lire et de me suivre.  L’aventure ne fait que commencer.  Pour la suivre likez et partagez avec vos amis, venez me rejoindre, laissez des commentaires.

L’intelligence c’est savoir rebondir face aux tracas de la vie !

L’intelligence c’est savoir rebondir face aux tracas de la vie !

Quand la passion vous anime !

Savoir s’ajuster face aux petits tracas de la vie et faire preuve de créativité pour surmonter l’impossible, le doute et les bêtises…

Ce petit film a voir en famille.

https://www.youtube.com/watch?time_continue=5&v=TYCFxvU-Lzg

 

 

Partager vos impressions, expériences et laissez nous vos commentaires juste en dessous de cet article.

Partageons nos émotions et créons ensemble la première communauté créative francophone.

 

belle fin de semaine à tous, créativement

 

 

Poumpoummm Pidou !!!!  40 ans : cela se fête au Centre Pompidou !

Poumpoummm Pidou !!!! 40 ans : cela se fête au Centre Pompidou !

 

A l’occasion des 40 ans du Centre Pompidou à Paris, un duo de designer a eu carte blanche pour imaginer une série en trois épisodes de manifestations inédites pour la galerie des enfants.

Pour chaque épisode, un artiste modifie l’espace et propose aux familles de nouvelles règles du jeu, regarder, explorer et créer.

 

J’ai visité le deuxième épisode où le célèbre artiste chinois Lui Bolin surnommé l’homme invisible vient se dissimuler dans l’exposition. Reprenant sa technique de camouflage, ce duo de concepteurs imagine un jeu de déguisement très apprécié lors des fêtes d’anniversaire.

 

 

 

Le travail de l’artiste 

@Liu Bolin – Dragon Series Panel 30f9- 118X150- 2010

@Liu Bolin – Hiding in the City, vegetable- 112,5X150, 2011

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici le déroulé d’une visite :

 

 

Étape 1 : cherche des morceaux de tissus de la même couleur et assemble les pour fabriquer un costume.

Etape 2 : trouve le lieu dans le décor où le costume te fait disparaître.

 

 

 

Une expérience à vivre en famille…

 

 

Le lieu : 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici mon reportage photos et expériences

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour compléter votre après-midi au musée, je vous propose de tester les ateliers, pour chaque tranche d’âge. Vous trouverez votre bonheur, les mercredis, samedis et dimanches.

 

Voici le programme des prochains weekends :

Pour les 2 à 5 ans : à 15 heures, jeune public, en famille, durée 2h

  • A vos pinceaux petit fauve, le 25 et le 26 novembre
  • Derain ou la peinture libérée, le 26 novembre
  • 1,2,3 Pompidou, le 3 décembre

Pour les 6 à 10 ans : à 14 heures 30, jeune public, en famille, durée 2h

  • Carnet de croquis, le 25 et le 26 novembre
  • Carnet de croquis, le 3 décembre

Pour les 9 à 12 ans, la fabrique, enfant seul, à 14h, 3h, programme à venir… Consulter le site : https://www.centrepompidou.fr/cpv/resource/ce5Ekdo/rKAGrdd

A vous de jouer maintenant… belle exploration !

Si vous avez des ressources à partager, des commentaires, n’hésitez pas à me laisser votre trace.

Si vous aimez mes articles, likez-les et partagez-les avec vos amis.

Abonnez-vous à mon blog et ma chaine youtube !

Soyons le changement !

Hervé Tullet : le quotidien en couleur

Hervé Tullet : le quotidien en couleur

Hervé Tullet : rencontre en couleurs !

 

Vous avez surement eu un de ses livres pour enfant entre les mains. Hervé Tullet vit aujourd’hui à New York et il m’a fait la joie de répondre à mes questions par mail. Cet homme généreux et disponible nous livre sa vision de la créativité : un art du quotidien, simple comme des gestes simples de tous les jours. J’aime cette idée de puiser dans la richesse dans des moments, des rencontres comme une évidence qui marque nos journées.

 

Un auteur hors norme pour les enfants, un artiste aux couleurs…

 

 

Créazine : Parlez nous de vos rêves et de vos passions  passées, à 7 ans ? 

Hervé Tullet : très peu de souvenirs de cette époque, un peu livré à moi même,  des dessins ? probable, surement même, sentiments flous, absence et puis on ne m’explique pas, je ne comprends pas, mais bon, je n’en souffre pas non plus . . .

 

 

Créazine : Pour vous, c’est quoi être créatif ?

Hervé Tullet : j’aime les artistes qui tracent un chemin, je préfère les artistes qui cherchent, ceux qui se renouvellent, qui ne systématisent pas. ( ceux qui ont un truc ) Matisse est le parfait exemple, de passer la couleur des débuts ( couleur / puis découpe avec le noir  ) pour arriver, à la fin de sa vie aux vitraux ( couleur lumière ) et aux papiers découpés mais bon Ryman aussi qui à fait des monochromes toute sa vie  . . . c’est compliqué en fait j’aime les artistes qui donnent ( un espace, un regard, une pensée, un sentiment un sensation) plutôt que ceux qui se regardent.

 

 

Créazine : Avez vous un conseil pour les parents ?

Hervé Tullet : Acheter « Mais que font les gens toute la journée ? »  de Richard Scary

La vie quotidienne est passionnante à regarder et à découvrir (quel est le trajet d’une enveloppe que l’on met dans la boite).

Partager, écouter, découvrir comment ils voient notre monde quotidien, s’amuser à lire (et non pas juste des stratégies pour les endormir et s’endormir soi même à lire).

Leur regard sur le monde qui nous entoure est passionnant aussi (un jour de grand soleil , je demande à mon fils ce que veut dire ce panneau (un homme une pelle, un panneau « attention travaux », et il me répond « attention vacances »)

Combien d’enfants ne savent pas ce que font leur parents toute la journée, si dur que ça à expliquer ?

 

 

Créazine : Un conseil pour des jeunes passionnées, créatifs habités par l’envie d’autre chose que des valeurs scolaires. 

Hervé Tullet : bah ! comme tout le monde dit, lire, (lire « lettres à un jeune poète » Rilke)  regarder, découvrir, comparer, faire des connexions, explorer, chercher, noter, comprendre les cheminements, et recommencer, parler, ne pas hésiter à questionner des gens que l’on aime, être curieux, pas d’idée préconçues et se demander «  mais que font les gens toute la journée »

 

 

Créazine : Comment créez-vous vos projets, inspiration, expérimentation ?

Hervé Tullet : un peu comme ce que je viens de répondre, je regarde beaucoup avec mes yeux. Mes yeux pensent ou je pense avec mes yeux (lignes mouvement connexions, lumière, attitude, vêtements, taches sur le trottoir) je prends des photos , un peu

et j attends une idée, une petite, même, et si elle vient je la note et j‘attends le moment où dans ma tête tout se met en place et là je note pour de vrai et  . . . surprise ça fonctionne et si non, et bien je recommence.

Et puis j’ai aussi beaucoup travaillé avec des enfants, pas juste une fois pour la promo d’un livre mais pour des rencontres vraies, longues, improvisées, enrichissantes et c est là dans ces endroits, souvent difficiles, que j’ai compris ce qu’était le vrai sens, pour moi, de faire des livres.

 

 

Créazine : Comment se traduit votre créativité au quotidien ?

Hervé Tullet : rien de particulier pas de pratiques spéciales quotidiennes, je ne crois pas au dessin, je ne suis pas intéressé par une esthétique, je cherche l’idée, j’attends et quand je suis prêt, je me mets à ma table à dessin pour la sortir.

Je réfléchis beaucoup aussi à des principes d’expo mais toujours pareil, je ne cherche pas à créer une oeuvre, mais plutôt la faire créer, la créer ensemble et même peut un jour la faire faire (un peu dans l’esprit de Sol Lewitt mais en moins mathématique).

 

 

Un grand merci à cet artiste rare en France que j’espère bien croiser lors de sa prochaine visite sur Paris! Je vous raconter tout!

Voici ces ouvrages cultes :

http://www.herve-tullet.com

Peut-on apprendre à être créatif ?

Peut-on apprendre à être créatif ?

pot

 

 

Rencontre avec Ken Robinson : Un dimanche studieux 

 

La quatrième édition du Monde Festival a eu lieu du 22 au 25 septembre sur le thème « Rêver ».

 

Rêver le monde, l’imaginer, le changer, le rendre plus vivable collectivement, plus équitable, plus juste, plus audacieux…

 

 

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/festival/article/2017/06/26/donner-une-vraie-place-a-la-creativite-a-l-ecole_5151367_4415198.html#lD6Q0qoAgtr6ZOxT.99

 

 

Une heure trente de conférence dans l’amphithéâtre de l’opéra Bastille comme 300 personnes attendant l’entrée sur scène de Ken Robinson, de Judith Henri et Marc Olivier Dupin.

 

Voici quelques articles du monde sur le sujet de la créativité :

 

http://www.lemonde.fr/festival/article/2017/06/22/peut-on-apprendre-a-devenir-creatif_5149398_4415198.html

 

http://www.lemonde.fr/festival/article/2017/06/26/donner-une-vraie-place-a-la-creativite-a-l-ecole_5151367_4415198.html

 

 

 

Présentation des intervenants :

 

image France Culture

 

 

 

 

 

Judith Henri, comédienne de cinéma (La Discrète, Germinal…), de télévision (Un village français, Les limiers…) et de théâtre (son dernier spectacle, Interview, est actuellement en tournée, aprés avoir été joué à Paris et en Avignon).

 

 

 

 

image Tes

 

Ken Robison, universitaire anglais installé en Californie, dont la conférence Ted intitulée « Comment l’école tue la créativité » a été visionnée par plus de 45,000,000 d’internautes et dont le dernier ouvrage vient de sortir en France  : Changer l’école, Playbac , 2017.

 

Ken Robinson - Changer l'école - La révolution qui va transformer l'éducation.

 

Voici un extrait de la conférence : intervention de Ken Robinson :

 

http://www.lemonde.fr/festival/video/2017/09/24/ken-robinson-on-a-tous-les-capacites-pour-developper-notre-creativite_5190495_4415198.html

 

 

image cdmc asso.fr

 

 

 

 

 

Marc Olivier Dupin, compositeur, ancien directeur du conservatoire national supérieur de musique de Paris et de France Musique, Prix Charles Cros 2012 pour « La première fois que je suis née » (catégorie jeune public).

 

Marc Olivier Dupin nous a fait écouter un extrait de « Robert, le cochon et les kidnapeurs», un opéra comique pour la famille.

 

 

 

 

 

 

 

La table ronde 

 

L’introduction se fait par le constat tiré de l’étude de l’OCDE, la société créative du XXI siècle,  sur les métiers d’aujourd’hui et leur devenir. Cette étude révèle en autre que la créativité est le potentiel vital pour démarquer l’homme de la machine.

 

Voici le lien vers l’étude : https://www.oecd.org/fr/sti/prospective/35629526.pdf

 

Comme le dit très bien Ken Robinson : « La créativité nous définit en être humain vivant dans une réalité virtuelle. On vit dans un monde de croyance, d’idées, de valeurs, d’art… voile de culture autour de nous constamment. »

 

Les systèmes éducatifs sont-ils organisés pour l’enseigner ? Et d’ailleurs, s’enseigne-t-elle ? Si oui, quels rapports entretient-elle avec la contrainte ? L’éducation artistique a-t- elle des idées – voire des leçons – à donner à l’éducation en général pour libérer la créativité des élèves et des étudiants ?

 

 

 

 

Les 4 éléments de réponse

 

1. La place de la contrainte 

 

Comme Ken Robinson la bien redéfini, la créativité est un processus lié à des applications pratiques. L’imaginaire nourri par un processus pratique, et des contraintes permettent le développement de la créativité.

 

La première chose à changer dans l’école aujourd’hui pour plus de créativité, c’est le cadre, les contraintes. Elle sont mal positionnées, définies et donc ma vécues. Elles ne favorisent pas la diversité des réponses, des personnes et des types d’intelligences. Elles tuent la créativité, surtout en primaire.

 

La belle image d’agriculture bio donne a comprendre ce que doit être l’école : elle doit offrir le terreau pour de bonne conditions de croissance. La connaissance et étude du « sol » est vitale.  Comment s’enracine un arbre pour faire une belle forêt ? Il puise ce qui est bon pour lui dans le sol ! Les contraintes forment ce sol. Aujourd’hui il offre de mauvaises contraintes aux enfants.

 

Il existe une nature de sol différente selon les terroirs, à nous d’inventer les natures de sol différentes selon les enfants. Soyons nous aussi éducateurs, enseignants, parents, force de propositions de contraintes pour développer la créativité de nos enfants et réinventer la notre.

 

« Réinventer l’école à l’image de l’humanité en adoptant une pédagogie de projets. » Marc Olivier Dupin

 

 

2. La transversalité 

 

La diversité de propositions offertes aux enfants doit être le cadre à leurs actions. C’est à nous parents éducateurs de créer ces situations diverses et riches, de ne plus séparer les savoirs, de fragmenter la culture, le français, les maths, l’histoire… Construisons des projets aux sources de connaissances multiples et diverses. Redonnons du sens aux savoirs et aux pratiques.

 

 

3. Stop aux évaluations

 

Valoriser l’encouragement et non l’évaluation. De nombreuses études montrent que les enfants encouragés, félicités pout leur parcours, leur réussite ou leur échec font de plus beaux parcours et sont plus persévérants et plus satisfaits de ce qu’ils font.

 

« Etre dans le plaisir, pourquoi vouloir mesurer ce qui n’est pas mesurable. » Marc Olivier Dupin

 

La première chose que j’ai appris en coaching en créativité lors de ma formation c’est de bannir le OUI MAIS !!!! Et le remplacer par le OUI ET ALORS. Cela change tout dans la réception de l’information et la manière de la traiter en rebondissant dessus. La force de REBOND !!! Une activité vitale pour l’enfant…

 

 

4. Le collaboration

 

Bien évidemment, en employant le OUI ET ALORS on permet l’échange et la collaboration entre enfants mais aussi entre adultes et enfants.

 

L’encouragement par les cahiers de réussite, par le travail à son rythme semble être une bonne initiative. Marc Olivier Dupin évoque le travail de groupe chez Pixar. Dans cette société fort connue de tous, la culture interne est de «  placing » rencontre d’idée nouvelles, de construire à partir de l’idée que les autres personnes vous donnent.

 

La démarche est plus productive.

 

Il parle du rythme chez l’enfant, en faisant l’analogie avec la musique. En effet, il partage l’expérience de la musique pour l’enfant, certains rythmes vont entrainer la danse, le mouvement… et d’autre pas. Chaque âge a son rythme. L’échange est possible si le respect du rythme est installé.

 

Pour ouvrir le débat, je poserais cette question :

comment mettre en place des espaces et des temps pour un rythme adapté ?

 

Je vous reparlerai de tout cela dans un nouvel article sur l’école, à l’occasion d’une autre conférence fréquentée cette semaine !

 

La base pour rendre opérationnel ces 4 principes réside dans la volonté de l’adulte. Tout d’abord à accepter

 

l’ajustement, le OUI ET ALORS… le vivre et imaginer un système différent. Faire une introspection personnelle sur sa

 

propre créativité et se laisser la chance d’expérimenter et construire une démarche co-créative avec l’enfant.

 

 

Je vous souhaite une belle reconquête de votre créativité perdue, une bonne expérimentation créative à tous.

 

Si cet article vous a plu partagez le sur les réseaux sociaux et surtout likes notre page facebook Créazine, abonnez-vous à notre chaine youtube Créazine.

 

Soyons des colibris, apportons notre petit caillou à l’édifice.

 

Belle semaine les pépites, brillez par votre imagination, vos idées et votre bonne humeur !

 

 

 

 

 

 

First Drop (2011) : passion et inventivité familiale

First Drop (2011) : passion et inventivité familiale

Un jeune homme s’évertue à poursuivre le projet de son père d’une importance capitale puisque qu’il s’agit de faire fonctionner une machine à pluie, seul espoir de survie dans ce lieu aride.

À force d’efforts et de réflexion, il va enfin réussir.

Ce film d’animation captivant a reçu de nombreux prix.

https://www.youtube.com/watch?v=rAZ3UKBnjnA

Ma plus grande joie est de vous lire, laissez un commentaire pour mieux connaitre vos attentes et vos projets créatifs . Pour plus de réflexion, venez sur ma page Facebook et ma chaine youtube pour plus de ressources.
Merci pour votre confiance.