Super exposition en famille, Sheila Hicks : espace et couleur

Super exposition en famille, Sheila Hicks : espace et couleur

Vivre un beau moment, exposition en famille ou avec sa classe au musée et poursuivre à la maison ou en classe, c’est possible, la preuve …

 

La couleur et l’espace :  Sheila Hicks

 

Je vous propose de découvrir l’exposition en famille : Ligne de vie se tient au Centre Pompidou galerie 3, tous les jours sauf le mardi de 11h à 21h attention fermeture des caisses à 20h. Du 7 février au 30 avril 2018.

 

 

 

« Qu’est-ce que mon œuvre? J’ai étudié la peinture la sculpture la photographie et le dessin mais c’était le textile qui m’a tiré le plus. Je pratique une sorte d’art textile. Je développe des environnements, fabrique des objets avec du fil, des textiles et édifie des sculptures souples des bas-reliefs. Je m’adonne au design et produit des objets utilitaires à partir de fil » ainsi s’exprime Sheila Hicks née en 1934 dans le Nebraska est installée à Paris depuis 1964.

 

 

Sheila Hicks entrelace, tisse et suspend les couleurs à l’aide de fibres de laine, de lin, de coton. Ses œuvre sont souvent monumentales. Son travail s’inscrit dans la filiation des arts des textiles précolombiens, de l’abstraction géométrique et du Bahaus. Ce mouvement allemand cherchait à décloisonner les genres artistiques avec une liberté absolue. Au sein d’une école qui lui a donné son nom, on y enseignait l’architecture, le design, la photographie, le costume et la danse. Il y avait de nombreux ateliers d’art appliqué. Des artistes de toute l’Europe ont formé une avant-garde ayant une influence majeure sur l’art moderne. Jouer avec la matière, déployer les couleurs dans l’espace laisser une oeuvre vivre sous des formes différentes, tels sont les forces de son art.

 

Les minimes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Claude Lévi-Strauss l’appelait « la bricoleuse ».

Ces oeuvres nomades que l’artiste qualifie aussi d’investigation sont tels des expérimentation traduisant ces préoccupations. Elles sont étroitement liés à un lieu, une atmosphère ou un souvenir, traduits dans des titres poétiques. Elle introduit des coquillages, du papier journal, du film… Tel des études ces petites pièces souvent de format A4 sont tout à fait étonnantes. Aucune ne se ressemble et pourtant elles dialoguent entre elles. Suivre ce parcours revient à se plonger dans un laboratoire d’expérimentation.

 

Cette ligne chronologique de minime est un peu comme la matrice de l’oeuvre tout entière. Sheila Hicks teste des matériaux, des couleurs, des tissages. Elle nous donne une envie folle de plonger dans ce volume de couleurs.

 

 

Entre décoration et Beaux-Arts

 

Chez les modernistes du Bahaus, les frontières qui peuvent exister aujourd’hui entre Beaux-Arts décoration architecture et design n’existaient pas. Cela n’était pas si rigide Sheila est l’héritière de cette vision des choses et toute sa vie elle a voulu circuler librement entre art et décoration. Le textile omniprésent dans notre vie quotidienne lui permet de croiser de tisser d’entrelacer. Les matières par ailleurs, travailler la fibre offre une souplesse que ni la sculpture classique ni la peinturent permet.

 

 

 

 

 

 

 

Pour chaque installation certaines pièces réalisées changent de forme et de disposition. Sheila Hicks veut que chaque exposition soit l’occasion de renouveler son œuvre. Par ces carnets et ses expérimentations personnelles, nous aide à comprendre son processus créatif, ses inspirations et son travail de conception. Ce sont de beaux outils pédagogiques et des oeuvres à part entière.

 

 

La couleur dans l’espace

 

Pour cette exposition, Sheila Hicks a créé une nouvelle œuvre. Il s’agit d’une énorme masse de fibre brute d’environ 4 mètres de haut et de large. Cette empilement de matière joue avec des variations de jaune.

La couleur est la vraie grande passion de Sheila Hicks sans doute plus encore  que le textile.

 

 

 

 

 

L’intérêt de la fibre et pour elle d’utiliser la couleur dans la masse. La couleur et son support ne font qu’un. Elle fait ainsi vivre directement la couleur dans l’espace. La vue est sollicitée mais également les odeurs par la fibre de lin, de laine. Cette exposition est un véritable expérimentation sensorielle, qui parle au grands comme aux petits.

 

 

 

 

 

 

Tout l’intérêt du travail de Sheila Hicks est de perturber la frontière entre l’art et la vie tout en donnant aux œuvres la chance de rester vivante car elles s’adaptent aux espace qu’elles occupent au grès des expositions. Cette rétrospective privilégie l’expérience sensible et favorise une immersion plus direct dans le monde formel matériel et chromatique de Sheila Hicks.

 

 

Je vous conseille vivement de profiter de vos vacances de février ou de printemps pour parcourir cette belle exposition au Centre Pompidou.

 

 

Petits trucs pour vivre un beau moment en famille ou avec sa classe au musée et poursuivre à la maison ou en classe.

 

  • Pour une première visite dans un musée, bien expliquer ce qu’est ce lieu, ce qu’on y fait, en quoi c’est différent de tout autre lieu et quel est le bon comportement à adopter… bien souvent on ne touche pas même si cela donne super envie !
  • Ne pas hésiter à consulter des livres sur l’artiste exposé ou sur le thème de l’exposition avant de s’y rendre.
  • Chercher des oeuvres sur internet et réaliser un collage avec différents éléments de l’œuvre.
  • Créer ensemble une histoire à partir des oeuvres.
  • Discuter avec eux de leurs préférences, de leurs ressentis…
  • Durant la visite, chercher à poser des questions ouvertes, demander leurs de décrire ce qu’ils voient… ne pas donner de réponse toutes faites. Ne pas limiter leurs imaginations.
  • Lancer des défis, trouver certains éléments, créer une chasse au trésor, chemins d’énigmes pour avancer dans l’exposition avec curiosité et intérêt.
  • S’inscrire aux visites commentées pour les familles ainsi qu’aux ateliers thématique en rapport avec les expositions en cours.
  • Surtout s’adapter à leur rythme en fonction de l’âge et des niveaux de chacun.

 

Bonnes expositions à tous, au plaisir de vous retrouver sur notre page Facebook et sur notre chaine youtube.

 

Venez nous rejoindre et partagez avec vos amis.

 

Créons ensemble une belle communauté de créatif et co-créons un lieu de découvertes sensibles

Le chevalier Philibert qui s’ennuie : album jeunesse créatif

Le chevalier Philibert qui s’ennuie : album jeunesse créatif

Un album sur la chevalerie et les conquêtes …

Cet album est l’histoire du chevalier Philibert qui s’ennuie. Depuis que le royaume est en paix, plus aucun ennemi digne de ce nom ne pointe le bout de son nez… Quand on crie soudain au dragon  !

Philibert n’hésite pas une seconde et se met en route pour vaincre le terrifiant dragon et fuir son ennuie si lourd au quotidien !

Une surprise de taille attend le preux chevalier…

 

 

La quête du preux chevalier Philibert parti terrasser le dragon pour noyer son ennui,

Auteur Anne-Gaëlle Balle, illustrateur Guillaume Plantevin, de 3 à 6 ans. Edition Gautier Langerau

 

 

 

Je vous offre une petite vidéo d’un passage raconté par une libraire du salon du livre de Montreuil 2017, Passion et poésie au rendez-vous de cette écoute !

 

 

Humour et décalage pour cet album qui va ravir les plus petits et leurs parents!

Si cet ouvrage vous appelle et que vous voulez le découvrir à la maison, venez nous laisser vos commentaires pour partager nos regards sur ce bel album. Rien ne vaut un livre plein d’humour lu le soir à plusieurs voix en famille.

Partagez sur les réseaux sociaux, parlez de nous à vos amis, qu’ils viennent nous rejoindre.

Retrouvez nous sur Facebook pour de nouvelles découvertes créatives.

Et abonnez-vous à notre chaine youtube pour plus de vidéos inspirantes.

Merci à tous et toutes pour votre confiance et belle journée créative.

Avoir un plan et oser créer son rêve

Avoir un plan et oser créer son rêve

Ce court métrage poétique nous embarque dans le quotidien de ce couple, de leur projet et de leur amour.

C’est si simple de tout oublier, de tendre au confort et de laisser échapper l’essentiel : » le plan », l’envie première celle qui vous donne la pêche pour vous lever le matin !

 

 

 

Merci de me suivre, de partager mes articles sur les réseaux sociaux, de parler de Créazine à vos amis, c’est mon plan.

Je compte bien mettre toute mon énergie pour faire de ce blog un magazine créatif, fun avec et pour ma belle communauté.

Belle semaine à tous

L’intelligence c’est savoir rebondir face aux tracas de la vie !

L’intelligence c’est savoir rebondir face aux tracas de la vie !

Quand la passion vous anime !

Savoir s’ajuster face aux petits tracas de la vie et faire preuve de créativité pour surmonter l’impossible, le doute et les bêtises…

Ce petit film a voir en famille.

https://www.youtube.com/watch?time_continue=5&v=TYCFxvU-Lzg

 

 

Partager vos impressions, expériences et laissez nous vos commentaires juste en dessous de cet article.

Partageons nos émotions et créons ensemble la première communauté créative francophone.

 

belle fin de semaine à tous, créativement

 

 

Poumpoummm Pidou !!!!  40 ans : cela se fête au Centre Pompidou !

Poumpoummm Pidou !!!! 40 ans : cela se fête au Centre Pompidou !

 

A l’occasion des 40 ans du Centre Pompidou à Paris, un duo de designer a eu carte blanche pour imaginer une série en trois épisodes , une série d’expositions, de manifestations inédites pour la galerie des enfants.

Pour chaque épisode, une exposition : , un artiste modifie l’espace et propose aux familles de nouvelles règles du jeu, regarder, explorer et créer.

 

J’ai visité le deuxième épisode où le célèbre artiste chinois Lui Bolin surnommé l’homme invisible vient se dissimuler dans l’exposition. Reprenant sa technique de camouflage, ce duo de concepteurs imagine un jeu de déguisement très apprécié lors des fêtes d’anniversaire.

 

 

 

Le travail de l’artiste 

@Liu Bolin – Dragon Series Panel 30f9- 118X150- 2010

@Liu Bolin – Hiding in the City, vegetable- 112,5X150, 2011

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici le déroulé d’une visite :

 

 

Étape 1 : cherche des morceaux de tissus de la même couleur et assemble les pour fabriquer un costume.

Etape 2 : trouve le lieu dans le décor où le costume te fait disparaître.

 

 

 

Une expérience à vivre en famille…

 

 

Le lieu : 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici mon reportage photos et expériences

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour compléter votre après-midi au musée, je vous propose de tester les ateliers, pour chaque tranche d’âge. Vous trouverez votre bonheur, les mercredis, samedis et dimanches.

 

Voici le programme des prochains weekends :

Pour les 2 à 5 ans : à 15 heures, jeune public, en famille, durée 2h

  • A vos pinceaux petit fauve, le 25 et le 26 novembre
  • Derain ou la peinture libérée, le 26 novembre
  • 1,2,3 Pompidou, le 3 décembre

Pour les 6 à 10 ans : à 14 heures 30, jeune public, en famille, durée 2h

  • Carnet de croquis, le 25 et le 26 novembre
  • Carnet de croquis, le 3 décembre

Pour les 9 à 12 ans, la fabrique, enfant seul, à 14h, 3h, programme à venir… Consulter le site : https://www.centrepompidou.fr/cpv/resource/ce5Ekdo/rKAGrdd

A vous de jouer maintenant… belle exploration !

Si vous avez des ressources à partager, des commentaires, n’hésitez pas à me laisser votre trace.

Si vous aimez mes articles, likez-les et partagez-les avec vos amis.

Abonnez-vous à mon blog et ma chaine youtube !

Soyons le changement !

Hervé Tullet : le quotidien en couleur

Hervé Tullet : le quotidien en couleur

Hervé Tullet : rencontre en couleurs !

 

Vous avez surement eu un de ses livres pour enfant entre les mains. Hervé Tullet vit aujourd’hui à New York et il m’a fait la joie de répondre à mes questions par mail. Cet homme généreux et disponible nous livre sa vision de la créativité : un art du quotidien, simple comme des gestes simples de tous les jours. J’aime cette idée de puiser dans la richesse dans des moments, des rencontres comme une évidence qui marque nos journées.

 

Un auteur hors norme pour les enfants, un artiste aux couleurs…

 

 

Créazine : Parlez nous de vos rêves et de vos passions  passées, à 7 ans ? 

Hervé Tullet : très peu de souvenirs de cette époque, un peu livré à moi même,  des dessins ? probable, surement même, sentiments flous, absence et puis on ne m’explique pas, je ne comprends pas, mais bon, je n’en souffre pas non plus . . .

 

 

Créazine : Pour vous, c’est quoi être créatif ?

Hervé Tullet : j’aime les artistes qui tracent un chemin, je préfère les artistes qui cherchent, ceux qui se renouvellent, qui ne systématisent pas. ( ceux qui ont un truc ) Matisse est le parfait exemple, de passer la couleur des débuts ( couleur / puis découpe avec le noir  ) pour arriver, à la fin de sa vie aux vitraux ( couleur lumière ) et aux papiers découpés mais bon Ryman aussi qui à fait des monochromes toute sa vie  . . . c’est compliqué en fait j’aime les artistes qui donnent ( un espace, un regard, une pensée, un sentiment un sensation) plutôt que ceux qui se regardent.

 

 

Créazine : Avez vous un conseil pour les parents ?

Hervé Tullet : Acheter « Mais que font les gens toute la journée ? »  de Richard Scary

La vie quotidienne est passionnante à regarder et à découvrir (quel est le trajet d’une enveloppe que l’on met dans la boite).

Partager, écouter, découvrir comment ils voient notre monde quotidien, s’amuser à lire (et non pas juste des stratégies pour les endormir et s’endormir soi même à lire).

Leur regard sur le monde qui nous entoure est passionnant aussi (un jour de grand soleil , je demande à mon fils ce que veut dire ce panneau (un homme une pelle, un panneau « attention travaux », et il me répond « attention vacances »)

Combien d’enfants ne savent pas ce que font leur parents toute la journée, si dur que ça à expliquer ?

 

 

Créazine : Un conseil pour des jeunes passionnées, créatifs habités par l’envie d’autre chose que des valeurs scolaires. 

Hervé Tullet : bah ! comme tout le monde dit, lire, (lire « lettres à un jeune poète » Rilke)  regarder, découvrir, comparer, faire des connexions, explorer, chercher, noter, comprendre les cheminements, et recommencer, parler, ne pas hésiter à questionner des gens que l’on aime, être curieux, pas d’idée préconçues et se demander «  mais que font les gens toute la journée »

 

 

Créazine : Comment créez-vous vos projets, inspiration, expérimentation ?

Hervé Tullet : un peu comme ce que je viens de répondre, je regarde beaucoup avec mes yeux. Mes yeux pensent ou je pense avec mes yeux (lignes mouvement connexions, lumière, attitude, vêtements, taches sur le trottoir) je prends des photos , un peu

et j attends une idée, une petite, même, et si elle vient je la note et j‘attends le moment où dans ma tête tout se met en place et là je note pour de vrai et  . . . surprise ça fonctionne et si non, et bien je recommence.

Et puis j’ai aussi beaucoup travaillé avec des enfants, pas juste une fois pour la promo d’un livre mais pour des rencontres vraies, longues, improvisées, enrichissantes et c est là dans ces endroits, souvent difficiles, que j’ai compris ce qu’était le vrai sens, pour moi, de faire des livres.

 

 

Créazine : Comment se traduit votre créativité au quotidien ?

Hervé Tullet : rien de particulier pas de pratiques spéciales quotidiennes, je ne crois pas au dessin, je ne suis pas intéressé par une esthétique, je cherche l’idée, j’attends et quand je suis prêt, je me mets à ma table à dessin pour la sortir.

Je réfléchis beaucoup aussi à des principes d’expo mais toujours pareil, je ne cherche pas à créer une oeuvre, mais plutôt la faire créer, la créer ensemble et même peut un jour la faire faire (un peu dans l’esprit de Sol Lewitt mais en moins mathématique).

 

 

Un grand merci à cet artiste rare en France que j’espère bien croiser lors de sa prochaine visite sur Paris! Je vous raconter tout!

Voici ces ouvrages cultes :

http://www.herve-tullet.com